Un fonds d’investissement alternatif (FIA) est une structure qui regroupe l’épargne de plusieurs investisseurs pour la faire fructifier grâce à des placements financiers. Il fait partie des organismes de placement collectif (OPC). Sa particularité est que, contrairement aux OPCMV qui sont aussi des organismes de placement collectif, les FIA ne placent pas l’argent de leurs épargnants dans des actions ou des obligations. En effet, ils l’investissent dans d’autres supports, comme l’immobilier, l’art ou les infrastructures. Il existe de nombreux types de FIA.

Fonds d’investissement alternatif : définition

Un fonds d’investissement alternatif est un type de fonds d’investissement. On l’appelle aussi un FIA. Comme tous les fonds d’investissement, son objectif est de regrouper l’épargne de plusieurs investisseurs afin de la placer dans des actifs et ainsi, d’en retirer des gains.

Dans le domaine de la finance, un actif désigne un support où investir. Il peut s’agir d’une action, d’une obligation, d’un warrant, d’une créance mais aussi d’un immeuble, d’une route, d’une oeuvre d’art, etc.

Les fonds d’investissement alternatif font partie des organismes de placement collectif (OPC). Leur caractéristique principale est qu’ils n’investissent pas dans des actions ou des obligations cotées en bourse.

Où investit un FIA ?

Nous l’avons vu, à la différence des OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières), les FIA n’investissent ni dans des actions, ni dans des obligations. Par conséquent, ils placent l’argent de leurs investisseurs dans tout autre produit. Ces produits sont très variés. Il peut par exemple s’agir :

  • de forêts,
  • de terrains,
  • d’immobilier (construction, location, achat d’immeubles…),
  • d’infrastructures (routes, aéroports, ports…),
  • de matières premières,
  • d’oeuvres d’art,
  • de vieux objets (livres anciens, voitures de collection, timbres…), etc.

Fonds d’investissement alternatif (FIA) : caractéristiques

Comme tout fonds d’investissement, les FIA sont gérés par une société de gestion. Cette dernière peut gérer plusieurs fonds de placement.

Ils ont ensuite comme spécificité de diversifier leurs investissements. Cela signifie par exemple que s’ils se spécialisent dans :

  • l’immobilier, ils vont placer l’épargne dans plusieurs immeubles,
  • les objets d’art, ils vont placer l’épargne dans plusieurs objets d’art,
  • les forêts, ils vont placer l’épargne dans plusieurs parcelles, etc.

Par ailleurs, les montants pour investir dans un FIA sont relativement faibles. Cela garantit une certaine accessibilité à un grand nombre d’épargnants.

De plus, ils sont contrôlés par l’AMF, l’Autorité des marchés financiers. Ils doivent en outre informer régulièrement leurs investisseurs de l’état du fonds et de leurs actifs.

Enfin, il faut savoir que chaque fonds a une stratégie d’investissement bien définie. Il précise à l’avance à ses épargnants la nature des investissements qu’il va réaliser, le niveau de risque que suppose ces placements ou la durée pendant laquelle les économies des investisseurs sont bloquées dans le fonds.

Quels sont les principaux FIA ?

Parmi les différents types de FIA qui existent, on peut citer les :

  • fonds d’investissement à vocation générale (FIVG),
  • fonds de fonds alternatifs (FFA),
  • sociétés d’épargne forestière (SEF),
  • groupements forestiers d’investissement (GFI),
  • fonds de capital investissement,
  • fonds professionnels de capital investissement,
  • sociétés civiles de placement immobilier (SCPI),
  • organismes professionnels de placement collectif immobilier (OPPCI),
  • fonds professionnels à vocation générale (FPVG),
  • fonds professionnels spécialisés (FPS),
  • organismes de placement collectif en immobilier (OPCI),
  • sociétés d’investissement à capital fixe (SICAF),
  • sociétés de libre partenariat (SLP),
  • fonds d’épargne salariale (FES), etc.

Dernière mise à jour le 16/04/2021