Depuis quelques années, on entend parler des entreprises de la Fintech. Ces sociétés, souvent des start-up, mettent à profit les avancées technologiques et numériques pour les appliquer aux secteurs bancaire ou financier.
Du financement alternatif des entreprises, au paiement en ligne, en passant par la gestion d’épargne ou les prêts, nombreuses sont les Fintech qui agissent désormais sur nos activités du quotidien.

La Fintech, qu’est-ce que c’est ?

La Fintech fait partie des termes qui nous sont apparus récemment, à l’instar de Legaltech, Medtech, Foodtech, Assurtech… Ce sont des domaines qui ont été investis par les start-up durant ces dernières années. On y dénombre des avancées notables dans les secteurs avec l’ajout d’outils numériques, de l’intelligence artificielle, de l’IoT... dans le but de les faire progresser.

Le mot Fintech résulte de la fusion des mots « finance » et « technologie ». On l’utilise à la fois pour parler du secteur des entreprises de type start-up qui proposent des services en s’appuyant sur les nouvelles technologies du numérique, et aussi comme adjectif pour qualifier l’une de ces entreprises. La Fintech correspond donc au secteur entier, tandis qu’une Fintech est une société de ce secteur.

Les Fintech peuvent offrir leurs services, financiers ou bancaires, aussi bien en B to B qu’en B to C. Certaines ont même développé des outils à destination des banques traditionnelles.

Sur le marché français en 2019, on dénombre une cinquantaine de Fintech.

À quelles activités participe la Fintech ?

Les activités où les Fintech se sont développées sont des activités apparues récemment. En effet, les nouvelles technologies ont permis la création de nouveaux marchés de niche dans lesquels les start-up se sont lancées.

Parmi les plus importants, on retrouve notamment :

  • Le crowdfunding (avec comme acteurs majeurs Ululule, Kisskissbankbank, Sponsorise.me…)
  • Le crowdlending (pretup, credit.fr…)
  • L’equity crowdlending (WiSEED, Anaxago, SmartAngels…)
  • Les néobanques (N26, Soon, Compte Nickel…),
  • Des moyens de paiement (Paypal, Morning, PayTop…)
  • La gestion de patrimoine (Yomoni, Advize, Fundshop…)

Comment fonctionnent ces nouvelles entreprises ?

De par leur implication directe dans les domaines financier et bancaire, les Fintech sont soumises aux réglementations spécifiques de ces mondes. Elles opèrent alors sur des marchés régulés, avec de nombreuses exigences et contraintes pour protéger les consommateurs. Ainsi, à la fois pour s’implanter et pour évoluer plus rapidement, il leur est généralement profitable de nouer des partenariats avec les entreprises traditionnelles du secteur (des banques ou assureurs classiques).

Leur fonctionnement est basé sur une approche disruptive des univers bancaire et financier. Leurs produits sont généralement très personnalisables et adaptables aux demandes particulières des clients. Leur but : offrir des services scalables, de meilleure qualité et moins coûteux que les services classiques.

Pour leur fonctionnement interne, elles utilisent généralement des méthodes Agiles, leurs activités étant principalement basées sur du développement informatique.