Une CPIR est une commission paritaire interprofessionnelle régionale. Son but est d’accompagner les salariés qui veulent faire évoluer leur carrière professionnelle. Elle gère ainsi des aspects comme la transition, la formation ou la reconversion professionnelle. On la connait aussi sous le nom d’association Transition Pro ou ATpro. Cet organisme a remplacé le fongecif.

CPIR : définition

CPIR veut dire commission paritaire interprofessionnelle régionale. Elle sert à accompagner les  individus dans leur évolution professionnelle : transition, reconversion, formation…

Pour cela, elle repère premièrement les besoins en matière d’emploi et de compétences. Deuxièmement, elle construit des partenariats avec les instances qui ont la charge de l’emploi et du développement des compétences. Troisièmement, elle apporte aux salariés l’information dont ils ont besoin concernant leur évolution professionnelle. Elle les redirige éventuellement vers les organismes adéquats (Pôle Emploi, Apec, organismes de formation…). Quatrièmement, elle étudie les demandes de transition professionnelle. C’est aussi elle qui les finance et qui effectue leur suivi. Enfin, elle veille à ce que les formations que reçoivent les salariés soient de qualité.

Comment fonctionnent les commissions paritaires interprofessionnelles régionales ?

Les commissions interprofessionnelles régionales sont des instances qui ont une personnalité morale. Elles sont agréées par l’État.

Elles se composent d’un côté de représentants des organisations syndicales. De l’autre côté, on y retrouve des organisations professionnelles d’employeurs représentatives au niveau :

  • national
  • et interprofessionnel

Elles sont gérées par une association paritaire qui s’appelle Certif Pro. Le conseil d’administration qui la dirige doit suivre des règles précises de fonctionnement. C’est un accord national interprofessionnel (ANI) entre les organisations d’employeurs et de salariés qui les a définies.

CPIR et Transition Pro : quelle différence ?

Pour parler de CPIR, on retrouve parfois également le terme d’association Transition Pro ou plutôt, Transitions Pro, au pluriel. Les termes de CPIR et Transitions Pro se réfèrent en réalité au même organisme.

En effet, l’accord qui régit le fonctionnement du conseil d’administration des CPIR a proposé un changement de nom pour ces commissions. Désormais, on les nomme donc associations Transitions Pro, ou ATpro.

CPIR et fongecif : quelle différence ?

Le fongecif est un organisme dont le rôle est d’informer, conseiller, orienter et accompagner les salariés qui ont un projet de formation professionnelle ou de mobilité professionnelle. Il s’agit d’un organisme paritaire et interprofessionnel qui agit à l’échelle régionale.

Or, le fongecif n’existe plus depuis la loi du 5 septembre 2018 qui concerne la liberté de choisir son avenir professionnel. En effet, depuis cette date, ce sont les CPIR, ou associations Transitions Pro qui ont remplacé le fongecif.

Quelle est la mission d’une commission paritaire interprofessionnelle régionale ?

Le rôle d’une commission paritaire interprofessionnelle régionale est de veiller à ce que tous les projets de transition professionnelle soient traités de manière :

  • personnalisée
  • juste
  • équitable

Les missions d’une CPIR ou association Transitions Pro sont donc les suivantes :

  • examiner, autoriser et prendre en charge le projet de transition professionnelle
  • contrôler la qualité des formations délivrées dans le cadre d’un projet de transition professionnelle
  • vérifier que le projet de reconversion des salariés qui démissionnent est sérieux
  • informer le public sur les organismes qui proposent un conseil en évolution professionnelle
  • suivre et mettre en oeuvre un conseil en évolution professionnelle pour les personnes en activité
  • analyser les emplois sur le territoire, tant en termes de compétences qu’en termes de qualification
  • déployer le socle de savoirs et de compétences professionnels à l’échelle régionale (certificat CléA)

CPIR et démission

Ce sont les CPIR qui gèrent les projets de reconversion professionnelle pour les salariés qui souhaitent démissionner. En effet, depuis le 1er novembre 2019, un salarié qui désire poser sa démission pour monter son entreprise ou changer d’orientation professionnelle peut bénéficier d’indemnisations de la part de Pôle Emploi.

Cependant, pour avoir droit à ces aides, il faut que le salarié remplisse un certain nombre de conditions. Il devra d’abord être en CDI au moment de faire la demande. Cela signifie qu’il faut faire cette demande avant de démissionner. Il devra par ailleurs avoir travaillé pendant un minimum de cinq ans, sans arrêt. Cela correspond à un total de 1300 jours au cours des 60 derniers mois. Il faudra également qu’il présente un projet de reconversion sérieux et bien préparé. Pour finir, il devra déposer son dossier sur le site internet de l’association Transitions Pro de sa région.

CPIR : contact

Comme l’indique le nom de commission paritaire interprofessionnelle régionale, il y a une CPIR dans chaque région. Il existe donc 18 CPIR ou associations Transitions Pro.

Le nom de sa CPIR dépend par conséquent de sa région. Il se compose du terme d’« association Transitions Pro » suivi du nom de la région. Par exemple, le CPIR d’Île-de-France s’appelle association Transitions Pro Île-de-France, le CPIR de la région PACA s’appelle association Transition Pro PACA, etc.

On peut retrouver le contact de toutes les associations Transitions Pro sur le site internet du gouvernement.

Dernière mise à jour le 14/12/2020