L’avance sur salaire est une demande de rémunération anticipée. Elle est émise d’un particulier salarié à son employeur. Contrairement à l’acompte, ce paiement par anticipation ne correspond pas forcément à une somme due. Cela signifie qu’un salarié peut la demander à tout moment. 

Qu’est-ce qu’une avance sur salaire ? 

Une avance sur salaire est une somme d’argent qu’un salarié demande à son employeur. Cette somme ne correspond pas forcément au salaire. Son montant est librement fixé par le salarié selon ses besoins. Cependant, il ne peut pas être supérieur au salaire net mensuel du salarié. 

Cette demande d’avance survient généralement quand un salarié rencontre des problèmes financiers personnels. Cependant, s’il a la liberté de faire cette demande, son employeur a également la liberté de la refuser. 

Attention : il ne faut pas confondre l’avance et l’acompte. Ce second terme concerne en effet une somme d’argent correspondant au travail accompli au moment de la demande. 

Comment demander une avance sur salaire ? 

Pour faire une demande d’avance sur salaire, le salarié doit s’adresser à son employeur. Il peut demander le montant qu’il souhaite à l’écrit comme à l’oral. C’est ensuite à son employeur de prendre une décision favorable ou non. En cas réponse négative, le salarié n’a pas de recours. L’employeur détient effectivement la liberté de refuser cette avance sans devoir se justifier. 

En cas de réponse favorable, le salarié reçoit rapidement son avance sous la forme d’un reçu daté donnant les modalités de remboursement. La somme d’argent est quant à elle transférée directement sur le compte du salarié, ou est transmise par chèque. Cette somme, comme tout salaire versé, est imposable

À savoir : quand l’avance est accordée, son montant apparaît sur la fiche de paie mensuelle correspondant à la date du versement. 

Qu’est-ce que le remboursement de l’avance sur salaire ? 

Quand un salarié obtient une avance sur salaire, un reçu accompagne la somme versée et lui indique les modalités de remboursement. Dans la majorité des cas, le remboursement prend la forme d’une retenue sur salaire. Cette retenue est encadrée par des règles que l’employeur est tenu de respecter. Ainsi, la retenue maximum mensuelle est de 1/10ᵉ du salaire net. 

Par exemple, si un salarié touchant 1500 euros par mois demande une avance sur salaire de 1000 euros, le montant mensuel maximum qu’il sera tenu de rembourser sera de 150 euros. Cela signifie que pour rembourser son avance, le salarié aura besoin au minimum de sept mois. 

Dernière mise à jour le 26/02/2021