L’alternance est un système de formation qui permet de mélanger l’apprentissage théorique et la formation professionnelle. Un alternant peut être un élève, un étudiant ou un apprenti qui se forme simultanément dans un établissement d’enseignement et dans une entreprise (privée ou publique).

La formation en alternance, qu’est-ce-que c’est ?

La formation en alternance réside dans le fait qu’un étudiant partage son temps entre de l’apprentissage théorique et de la pratique dans un établissement d’enseignement et dans une entreprise. 

En France, on désigne comme établissement d’enseignement :

  • Les centres de formation, 
  • Les lycées professionnels, 
  • Les établissements publics locaux d’enseignements et de formation agricole, 
  • Les universités, 
  • Les écoles d’ingénieurs, 
  • Les écoles de commerce, 
  • Les maisons familiales rurales.

Les étudiants alternants possèdent une double casquette : ils conservent leur statut d’étudiant mais sont aussi au sein de leur entreprise d’accueil des salariés ou des stagiaires. 

Leur indemnisation dépend du type de contrat qui les rattache à leur société et d’un barème en fonction de leur âge, leur niveau d’étude, leur ancienneté, etc.

Le rythme d’un contrat d’alternance peut être très variable, et dépend souvent des propositions des écoles ou centres de formation et des besoins des entreprises. (Exemple : 2 jours en école et 3 jours en entreprise, 1 semaine sur deux, une semaine sur 4, 1 mois sur deux, 6 mois puis 6 mois, etc.).

L’alternance est formalisée par un contrat tripartite, signé entre l’étudiant alternant, l’entreprise qui l’accueille pour sa formation pratique et l’école ou l’établissement où il suit sa formation théorique. 

Les différents types de contrats d’alternance  

En France, il existe deux contrats de formation en alternance : le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. 

Tandis que l’apprentissage relève de la formation initiale (dont le but est un diplôme), la professionnalisation relève elle de la formation continue (dont le but est d’obtenir une qualification). 

Les principales différences entre les contrats sont les suivantes : 

  • La durée du contrat : limitée à la période d’études pour l’apprentissage, et à un CDD de 6 ou 12 mois (possiblement renouvelable) pour la professionnalisation ; 
  • L’âge de l’alternant : de 16 à 29 ans révolus pour l’apprentissage et jusqu’à 25 ans révolus pour la professionnalisation. Cependant, il faut noter que la condition d’âge disparaît pour les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active), de l’ASS (allocation de solidarité spécifique) ou de l’AAH (allocation aux adultes handicapés) ; 
  • La quantité de formation théorique : elle doit représenter au moins 25% de la durée du contrat pour l’apprentissage, et entre 15% et 25% pour la professionnalisation ; 
  • La rémunération : entre 27% et 100% du Smic pour l’apprentissage, selon un barème basé sur l’âge et le niveau d’études ; et entre 55 et 100 du Smic pour la professionnalisation. 

En ce qui concerne les avantages et les aides pour les employeurs, les contrats d’apprentissage leur permettent de bénéficier d’une aide unique à l’embauche, d’une aide pour le recrutement d’un apprenti handicapé et d’une réduction des cotisations patronales sur les rémunérations des salariés. 

Les contrats de professionnalisation offrent les mêmes avantages, avec en plus une aide de pôle emploi. 

Dernière mise à jour le 18/09/2020