Le typosquatting est une pratique web déloyale assimilée au cybersquatting.  Elle consiste à acheter un nom de domaine semblable à un autre populaire, mais comportant une variation orthographique. Le but de cette technique est de se servir de la notoriété de la marque d’origine pour attirer des visiteurs. 

Qu’est-ce que le typosquatting ? 

Le typosquatting est une technique qui prend forme sur le web. Il s’agit d’acheter un nom de domaine (le nom d’un site web) dont l’orthographe est très proche d’un autre site populaire. 

Par exemple, si un utilisateur achète le nom de domaine “Youtub.com”, son site sera considéré comme typosquatté. En effet, le nom est semblable à “Youtube.com” la très célèbre plateforme de vidéos. 

Cette technique se base sur le potentiel de fautes de frappes que peuvent commettre les utilisateurs en voulant se rendre sur un site web. En achetant des noms de domaines dont l’orthographe se rapproche du nom de domaine du site visé, ils obtiennent une grande part de probabilité que des utilisateurs se rendent sur leur site par mégarde. Ils obtiennent donc des visites grâce à la notoriété du site visé. Il s’agit d’une approche déloyale qui porte préjudice au site web concurrent. 

À savoir : Cette technique peut également être utilisée pour réaliser des arnaques web. On parle alors plus volontiers d’hameçonnage ou de phishing : une méthode adoptée par les cybercriminels pour soutirer des données personnelles qu’ils peuvent ensuite utiliser ou revendre. 

Quelle est la différence avec le cybersquatting ? 

Le cybersquatting consiste à acheter un nom de domaine correspondant à une marque. Le but ? Pouvoir revendre à la marque en question le nom de domaine lui correspondant afin d’obtenir un gain financier. En pratique, il peut s’agir d’une modification de l’extension. Par exemple, toujours en reprenant le nom de “Youtube.com”, un cybersquatteur pourrait acheter le nom de domaine “Youtube.fr”. 

Le cybersquatting se base donc sur l’utilisation du nom de la marque tandis que le typosquatting se sert d’une modification orthographique volontaire. La différence entre ces deux pratiques déloyales réside donc uniquement dans l’utilisation du nom qui peut être identique pour la première et semblable pour la seconde. 

Pour se protéger de ces arnaques, il convient d’effectuer des veilles régulières. Des outils automatisés permettent en renseignant des mots-clés, de recevoir en temps réel des alertes lors de l’utilisation de ces requêtes. 

Une autre possibilité pour la marque est d’acheter elle-même les différents noms de domaine qui pourraient-être utilisés à des fins malveillantes et déloyales. Toutefois, cette technique nécessite de nombreux investissements. 

Dernière mise à jour le 07/05/2021