Une entreprise est qualifiée de familiale quand ses actionnaires majoritaires appartiennent à une même famille ou un ensemble de plusieurs familles fondatrices. Cela signifie que la gouvernance de l’entité économique est majoritairement détenue par une même famille. 

Qu’est-ce qu’une entreprise familiale ? 

On parle d’entreprise familiale lorsqu’au moins deux membres gouvernants sont issus de la même famille. Si le nombre de membres de la même famille à un minimum, l’équivoque ne fonctionne pas. D’autre part, l’entreprise familiale peut être de toute taille ou statut juridique. 

En tant qu’actionnaire majoritaire, la famille – ou les familles – possède(nt) donc la majorité du pouvoir décisionnel de l’entité. 

La majorité des entreprises mondiales sont familiales. Cela n’empêche pas qu’en France ces dernières n’ont pas de définition ni de statut légal. Ce dernier dépendant plus de la taille de la structure et de ses effectifs que de la nature des relations entre ses fondateurs et actionnaires majoritaires.

On distingue trois types d’entreprises familiales

  • Les entreprises familiales désengagées qui appliquent une séparation  nette entre le lien émotionnel des membres de la même famille et la vie professionnelle au sein de la société ;
  • Les entreprises familiales enchevêtrées qui ne séparent pas les sphères privées et professionnelles ;
  • Et enfin, les entreprises familiales équilibrées qui réussissent à équilibrer les rapports familiaux et professionnels.

À quelles difficultés s’exposent ces entreprises ?

La principale difficulté de ces entreprises (qui reste aussi leur plus grande force) réside dans la nature des liens (familiaux) qui unissent ses membres. On constate ainsi une certaine difficulté à équilibrer la vie privée de la vie professionnelle. C’est pourquoi nombre d’entre elles ne parviennent pas à demeurer pérennes et font l’objet d’un rachat, d’une cessation d’activité ou d’une fusion.

De nombreuses recherches s’intéressent aux entreprises familiales pérennes depuis plus de 100 ans, car leur nombre tend à baisser. Un acronyme rassemble même ces entreprises familiales centenaires : EFC. 

Les entreprises bicentenaires intéressent également par leur rareté. L’association “Les Hénokiens” représente ainsi ces structures qui appartiennent à une même famille fondatrice depuis plus de deux cents ans. 

Comment créer une entreprise familiale ? 

Les entreprises familiales sont soumises aux mêmes formalités de création que celles de toute entreprise. 

Le dirigeant doit ainsi suivre un certain nombre d’étapes : 

  • Choix de la forme juridique et du régime fiscal ;
  • Rédaction des statuts de la société ;
  • Constitution de son capital social ;
  • Inscription au RCS (répertoire des métiers et des sociétés), puis publication dans un journal d’annonces légales ;
  • Dépôt du dossier auprès du CFE (centre des formalités des entreprises), ce qui active l’obtention d’un numéro RCS unique et d’un extrait K-bis. 

Dernière mise à jour le 23/07/2021