L’encouragement au développement d’entreprises nouvelles, plus connu sous le nom d’EDEN, est une ancienne aide d’état aujourd’hui remplacée par la NACRE. Ce programme d’accompagnement permet aux créateurs d’entreprise de bénéficier d’un accompagnement financier et humain. 

Qu’est-ce que l’encouragement au développement d’entreprises nouvelles ? 

L’EDEN (encouragement au développement d’entreprises nouvelles) est une aide financière et humaine. Créée en 1998, cette aide s’adresse aux créateurs et repreneurs d’entreprises. Mais elle ne concerne qu’une catégorie précise de ces créateurs ou repreneurs. 

Depuis 2008, le NACRE (Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise) est venue remplacer l’EDEN qui n’existe plus à présent. 

Qui est concerné par l’EDEN (encouragement au développement d’entreprises nouvelles) ? 

L’EDEN était une aide destinée à encourager les entrepreneurs à créer ou reprendre une entreprise. 

Bénéfices de l’aide 

Elle leur offrait un accompagnement financier mais aussi humain. 

Financièrement, cette aide permettait à ses bénéficiaires de cumuler deux avantages : 

  • D’abord, l’emprunt sans intérêts d’une somme remboursable en cinq ans maximum : son montant maximum était de 6 098 euros pour une personne seule et de 9 145 euros maximum pour plusieurs personnes physiques. Mais à partir de dix créateurs (ou repreneurs), le montant pouvait aller jusqu’à 76 225 euros.
  • Ensuite, l’EDEN garantissait un accès à l’ACRE (aide aux créateurs et repreneurs d’entreprises ) permettant d’obtenir une exonération des cotisations sociales pendant une période définie. 

Humainement, l’EDEN permettait à ses bénéficiaires de faire partie d’un réseau d’entrepreneurs et de bénéficier de conseils pour la bonne réalisation de leur projet. Une possibilité de participation à des formations s’adressaient également à eux par le biais de cette aide. 

Bénéficiaires de l’EDEN

Pour bénéficier de l’EDEN, il était nécessaire de remplir au moins l’une des conditions suivantes : 

  • Être demandeur d’emploi et âgé de plus de cinquante ans au moment de la demande, 
  • Avoir moins de 26 ans, ou moins de 30 ans si un contrat de travail avait été récemment rompu, 
  • Être bénéficiaire des minimas sociaux (dans ce cas, les ayants-droits étaient aussi concernés), 
  • Avoir le statut de travailleur handicapé et être âgé de moins de 30 ans, 
  • Être salarié d’une entreprise en liquidation judiciaire ou en redressement et la reprendre. 

Pour bénéficier de ces aides, les personnes physiques concernées par l’une des situations décrites précédemment devaient adresser leur demande à la direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle. Aujourd’hui, cette administration n’existe plus. Elle a en effet été fusionnée en 2009 avec d’autres organismes pour créer les Direccte.

Dernière mise à jour le 21/01/2021