Le Chief Executive Officer (CEO) est le directeur général d’une entreprise. En effet, il est responsable de la compagnie qui l’emploie et assume donc le poste salarié le plus haut placé. Nommé par le CA, il est investi d’un ensemble de missions spécifiques. Le terme CEO se rapproche de celui de PDG, bien que la culture d’entreprise actuelle tend à faire disparaître le second au profit du premier.

Qu’est-ce qu’un Chief Executive Officer ?

Définition de CEO

Chief Executive Officer, également appelé CEO, est un terme anglo-saxon employé pour désigner le directeur général d’une entreprise. En France, il s’applique également au président-directeur général, bien que cette utilisation soit moins courante. Cadre, le CEO occupe le poste le plus haut placé dans la direction d’une entreprise, ou de tout autre organisme.

Il est nommé par le conseil d’administration (CA) et les actionnaires, lesquels possèdent également le pouvoir de le révoquer de ses fonctions. Ainsi, une fois élu, il obtient un mandat lui permettant d’exécuter ses fonctions. Le Chief Executive Officer exerce dès lors sa mission et applique ses propres décisions. Toutefois, il devra rendre des comptes de façon périodique aux instances qui l’ont nommé.

Compétences du Chief Executive Officer

Afin d’assumer au mieux son rôle, le CEO doit posséder un certain nombre de compétences techniques, mais aussi de qualités personnelles. En effet, il doit notamment maîtriser le management, avoir des connaissances solides dans les aspects techniques traités par son entreprise et avoir l’esprit d’analyse. Côté personnel, le CEO doit être adaptable à toutes les situations, avoir le sens du contact et de la communication.

Quelles sont les principales missions du Chief Executive Officer ?

Occupant le poste de cadre le plus élevé, le CEO est le salarié qui possède le plus de responsabilités. Si ses prérogatives peuvent varier en fonction de la compagnie qui l’emploie, de la taille ou encore de la nationalité de celle-ci, l’essence de ses fonctions ne change pas.

En effet, il a avant tout pour rôle de prendre les principales décisions de l’entreprise. Il conçoit et anime la stratégie de celle-ci. C’est également lui qui dirige, coordonne et supervise l’ensemble des opérations, qu’elles relèvent du domaine technique, de la vente, de la production ou encore des ressources humaines. Il doit en ce sens apporter son expertise afin d’optimiser les activités de la compagnie. 

Représentant légal de la compagnie, il en constitue le visage public. En ce sens, le CEO est aussi  l’interface des actions sociales et politiques de celle-ci. De plus, il est chargé des relations publiques avec les institutions, la presse et les actionnaires. 

Enfin, il anime le comité de direction de l’entreprise et est le point de communication central avec le CA.

Quelle différence entre CEO et PDG ?

Un glissement sémantique

Le sigle PDG désigne le président-directeur général. Cela signifie qu’un PDG est à la fois directeur général et président du conseil d’administration. À l’inverse, le CEO renvoie plus couramment au poste de directeur général (DG), lequel ne préside pas le CA.

Toutefois, le terme Chief Executive Officer est aujourd’hui également employé pour désigner le PDG. En effet, le secteur assiste à un changement de vocable, véritable marqueur d’une transformation de la culture d’entreprise. 

Une nouvelle culture d’entreprise

Ce glissement sémantique est assorti d’un passage d’une culture de la responsabilité générale en entreprise, à la notion anglo-saxonne de l’accountability. Celle-ci peut se traduire par “responsabilité comptable” et renvoie à une responsabilité chiffrable, laquelle s’accorde avec la financiarisation progressive des compagnies. Par extension, le profil des dirigeants se financiarise aussi.

Le terme CEO se banalise également avec le déploiement de nouveaux standards comptables. Dans un environnement mondialisé, ceux-ci imposent peu à peu les mêmes fonctionnements aux entreprises.

Finalement le glissement du mot PDG vers celui de CEO montre que le dirigeant est nommé pour atteindre les objectifs chiffrés fixés par les actionnaires. Sa position n’est donc pas assurée et sa carrière est certainement plus volatile, à l’image du secteur économique actuel. À l’inverse, le PDG incarnait plutôt une figure stable et continue.