En comptabilité, le bilan fonctionnel désigne un document qui se base sur le bilan comptable. Il prend la forme d’un tableau qui insiste sur la relation entre les emplois et les ressources d’une structure. Il permet d’analyser les flux comptables et participe à mettre en évidence trois éléments : le fonds de roulement net global (FRNG), le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie nette (TN).

Qu’est-ce qu’un bilan fonctionnel ?

Un bilan fonctionnel est une autre manière de présenter un bilan comptable. À la différence d’un bilan comptable qui met en valeur l’actif et le passif, le bilan fonctionnel insiste sur les emplois et les ressources. Car en comptabilité, on parle d’emploi pour désigner la destination des mouvements comptables (flux) et de ressources pour se référer à l’origine de ces mouvements.

Le bilan fonctionnel classe donc ces flux par catégorie, à savoir :

  • L’investissement,
  • Le financement,
  • L’exploitation,
  • Le hors exploitation.

Pour le réaliser, on prend comme base le bilan comptable.

Pourquoi faire un bilan fonctionnel ?

Un bilan fonctionnel sert à analyser les données comptables d’une structure. Pour le dire simplement, il permet de savoir rapidement d’où vient l’argent et à quelles fins la structure l’utilise.

Il aide à déterminer les besoins en fonds de roulement d’une structure. De plus, il sert de support pour calculer plusieurs ratios, comme l’autonomie financière ou l’endettement.

Enfin, il met en évidence différents cycles, qui donnent la possibilité de comparer :

  • Les stocks, les créances et les dettes qui concernent l’exploitation (cycle d’exploitation),
  • Les créances et les autres dettes (cycle hors exploitation),
  • La trésorerie active et trésorerie passive (cycle de trésorerie),
  • Les investissements durables et les financements stables (cycle durable).

Quelle forme prend ce type de bilan ?

Les bilans fonctionnels prennent la forme d’un tableau à deux colonnes. La colonne de gauche est dédiée aux emplois tandis que celle de droite est consacrée aux ressources.

La colonne des emplois comporte deux lignes. La première contient les emplois stables, comme les immobilisations corporelles, incorporelles ou financières. La seconde contient les actifs circulants, comme les créances ou la trésorerie.

La colonne des ressources comporte elle aussi deux lignes. La première, qui fait face aux emplois stables, contient les ressources stables de la structure. Elles peuvent se composer des capitaux propres, des provisions pour risques et charges, des amortissements… La seconde, qui fait face aux actifs circulants, contient les passifs circulants, comme les dettes, les découverts…

Comment analyser un bilan fonctionnel ?

Le bilan fonctionnel fait principalement apparaître trois éléments comptables : le fonds de roulement net global (FRNG), le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie nette (TN).

Fonds de roulement net global (FRNG)

Pour connaître le fonds de roulement net global d’une structure, il faut soustraire les emplois stables aux ressources stables. Autrement dit, il faut soustraire les dépenses régulières de la structure à ses entrées d’argent régulières.

Si le résultat est positif, cela signifie que la structure ne peut pas financer ses dépenses régulières par ses entrées d’argent régulières. Par conséquent, la structure est dans une situation financière précaire sur le long-terme.

En revanche, un résultat négatif indique que l’entreprise peut financer ses dettes sur le long-terme. Dès lors, elle peut même utiliser l’excédent pour financer son besoin en fonds de roulement.

Besoin en fonds de roulement (BFR)

Pour connaître le besoin en fonds de roulement d’une structure, il faut soustraire les passifs circulants aux actifs circulants. En d’autres termes, on soustrait les dépenses variables à ses entrées d’argent variables.

Si le résultat est négatif, il faut comprendre que la structure a plus de créances que de dettes. Cela veut dire qu’elle doit moins d’argent que ce qu’elle doit recevoir. Elle est donc en bonne santé financière.

Par contre, un résultat positif sous-entend que la structure doit plus d’argent que ce qu’il est prévu qu’elle reçoive. Pour le dire autrement, elle encaisse moins vite qu’elle ne dépense. Elle se trouve donc dans une situation financière délicate sur le court-terme.

Trésorerie nette (TN)

À partir des deux précédents indicateurs, on peut déterminer la trésorerie nette de la structure. Pour ce faire, il suffit simplement de soustraire le besoin en fonds de roulement au fonds de roulement net global. La formule pour calculer la trésorerie nette est donc la suivante :

TN = FRNG – BFR

Dernière mise à jour le 02/06/2021