Un flux comptable est une dépense ou une recette spécifique. Autrement dit, c’est une sortie ou une entrée d’argent qui correspond à une catégorie particulière, comme l’exploitation, l’investissement ou encore, le financement. Il existe différents types de flux comptables dont l’étude permet d’analyser la santé financière d’une entreprise. Il ne faut pas confondre le flux comptable avec le flux financier.

Qu’est-ce qu’un flux en comptabilité ?

En comptabilité, un flux désigne un mouvement d’entrée ou de sortie d’argent. Il existe différents types de flux, en fonction de la nature de ces entrées ou de ces sorties. On peut, par exemple, se référer à un flux d’investissement, d’exploitation ou de trésorerie. 

En règle générale, pour calculer un flux comptable, on soustrait les dépenses aux recettes. La formule est donc la suivante :

 Flux comptable = recettes – dépenses

On distingue les flux internes et externes. Les premiers font référence aux entrées et sorties d’argent qui s’effectuent au sein même de la structure. Les seconds sont des entrées et sorties d’argent qui dépendent de facteurs exogènes, comme des clients ou fournisseurs.

À quoi sert un flux comptable ?

L’étude combinée de chaque flux comptable sert à analyser la trésorerie d’une entreprise. Cela contribue à évaluer la santé financière de l’entreprise en question. En d’autres termes, le calcul des flux comptables permet de savoir si une entreprise est en déficit ou non.

Quand les flux sont positifs, cela signifie que la structure a suffisamment d’argent pour couvrir ses dépenses. Au contraire, si les flux sont négatifs, cela veut dire qu’elle doit attendre des rentrées d’argent pour payer ses dettes.

Les flux comptables sont particulièrement utiles quand une entreprise recherche des financements. Elle doit souvent les présenter aux banques et investisseurs pour les rassurer et les convaincre de lui accorder des fonds. En résumé, ils sont le reflet de la bonne ou mauvaise gestion comptable d’une entreprise.

Quels sont les différents types de flux comptables ?

Il existe différents types de flux comptables. On trouve premièrement les flux d’exploitation. Ils correspondent aux dépenses et aux recettes que génère une entreprise pour son fonctionnement courant. 

Deuxièmement, on trouve les flux d’investissement. Comme leur nom l’indique, il s’agit de dépenses qui visent à accroître le bénéfice de l’entreprise. Ils peuvent concerner des frais liés à l’acquisition de matériel et de fonctionnement ou de savoir-faire.

Troisièmement, il y a les flux de financement. Ceux-ci ont trait au financement général de l’entreprise, c’est-à-dire aux apports (augmentation de capital, subventions…) et aux dépenses (dividendes, remboursements…).

Quatrièmement, on a les flux de trésorerie. Ils désignent les gains effectifs qu’a générés une entreprise sur un exercice comptable.

Finalement, il faut mentionner les flux de trésorerie disponible. C’est ce qui reste à l’entreprise après avoir affecté les fonds nécessaires au besoin en investissement et au besoin en fonds de roulement (BFR). Ils se divisent en deux catégories : d’un côté, les flux de trésorerie disponibles avant impôt et de l’autre, les flux de trésorerie disponibles après impôt.

Quelle différence entre un flux comptable et un flux financier ?

Comme nous l’avons vu, les flux comptables désignent toute une série de rentrées et de sorties d’argent. Ils sont essentiels pour analyser la santé financière d’une entreprise.

Les flux financiers, en revanche, ne sont que le résultat de la somme des ventes et des achats d’une entreprise sur une période donnée. Le plus souvent, on calcule les flux financiers sur un trimestre ou une année.

Dernière mise à jour le 16/07/2021