Une société d’investissement à capital fixe (SICAF) est une entreprise qui investit en bourse pour des épargnants. Son objectif est de minimiser les risques pour obtenir le meilleur retour sur investissement possible. Sa particularité est que son capital ne change pas. Ainsi, elle émet la totalité de ses actions au moment de sa création. C’est ce qui constitue sa principale différence avec la SICAV.

Société d’investissement à capital fixe : définition

Une société d’investissement à capital fixe est une entreprise dont l’activité se résume à gérer des instruments financiers. Autrement dit, elle fait fructifier des actions, des obligations, des dépôts ou des liquidités sur les marchés financiers. Son but est de retirer des bénéfices de cette gestion, afin d’en faire profiter ses actionnaires.

Elle fait partie des OPCVM, les organismes de placement en valeurs mobilières. Elle a le statut de société anonyme (SA). On la connaît aussi sous son sigle SICAF.

Société d’investissement à capital fixe : comment ça marche ?

Quand une SICAF est créée, elle dispose d’un capital qui se repartit entre les différents actionnaires de la société. La grande particularité de la SICAF est que ce capital ne peut pas évoluer au fur et à mesure du temps. En d’autres termes, elle émet la totalité de ses actions au moment même de sa constitution.

En revanche, si la quantité d’actions n’évolue pas, leur valeur, elle, peut changer. L’une des spécificités des sociétés d’investissement à capital fixe est d’ailleurs que leurs actions sont réévaluées sans cesse. Cela diffère de la plupart des actions dont on calcule la valeur une fois par jour.

La société de gestion investit ensuite son capital en bourse. En général, elle diversifie ses investissements afin de limiter les risques. Son but est d’obtenir un maximum de plus-values ou de dividendes pour les actionnaires de la SICAF.

Société d’investissement à capital fixe : fonctionnement

Les sociétés d’investissement à capital fixe fonctionnent grâce à une société de gestion. Si cette société souhaite émettre des actions à un prix inférieur à l’actif net par action, elle devra d’abord les proposer aux actionnaires de la SICAF.

De plus, il faut savoir qu’une SICAF peut racheter ses propres actions ; et ce, sans avoir à obtenir d’abord le consentement de l’assemblée générale. Néanmoins, elle ne peut les racheter que dans la limite de 10 % de son capital par an. Cependant, si le cours des actions est inférieur de plus de 10 % à l’actif net par action, alors cette limite passe à 25 %.

SICAF et SICAV : différence

Les SICAF et les SICAV sont toutes les deux des sociétés d’investissement qui font partie des organismes de placement collectif. Toutes deux regroupent des investisseurs qui souhaitent placer leur épargne en bourse.

Or, à la différence d’une SICAF, le capital d’une SICAV évolue. Il peut donc augmenter ou diminuer en fonction de l’arrivée ou du départ des épargnants. Comme nous l’avons vu, ce n’est pas le cas avec une SICAF, dont le capital reste fixe jusqu’à sa liquidation.

SICAF et AMF

La loi encadre strictement les conditions de constitution d’une SICAF. Le règlement de l’AMF, l’Autorité des marchés financiers, en fixe effectivement les modalités.

Si une personne souhaite constituer une SICAF en France, il faudra donc qu’elle prenne contact avec l’AMF.

Dernière mise à jour le 09/04/2021