Le taux d’intérêt est un pourcentage qui permet de calculer la contrepartie financière qu’un emprunteur devra payer à un prêteur en échange d’un prêt. Pour le calculer, le prêteur prend en compte différents éléments, comme la durée de l’emprunt, son niveau de risque ou le taux directeur. Il existe plusieurs sortes de taux d’intérêt : nominal (ou annuel), réel, fixe, variable, ou encore, mixte.

Taux d’intérêt : définition

Un taux d’intérêt est un pourcentage. Communément, il sert à calculer la somme qu’un emprunteur devra rembourser à la personne ou à la structure qui lui prête de l’argent.

En effet, pour un organisme financier, prêter de l’argent comporte des risques. Le principal est que l’emprunteur ne soit pas en mesure d’honorer sa dette. Pour compenser ce risque, l’organisme exige généralement une contrepartie financière. Pour la déterminer, elle utilise un taux d’intérêt. C’est pourquoi on pourrait dire que le taux d’intérêt est un outil qui permet de fixer le montant réel de remboursement d’un prêt.

En général, plus l’emprunt est risqué, plus le taux sera élevé. Autrement dit, plus l’institution financière considère que le prêt a des chances de ne pas pouvoir être remboursé, plus elle demande une contrepartie financière élevée et donc, plus elle applique un taux élevé.

Comment le déterminer ?

Taux directeur

Pour le déterminer, l’institution financière se base d’abord sur ce qu’on appelle le taux directeur. C’est un taux que définit la Banque centrale européenne (BCE).

Pour ce faire, elle prend en compte plusieurs paramètres. Le principal est l’inflation.

Durée

Ensuite, l’institution se basera sur la durée du prêt. En effet, plus un prêt est long, plus il y a de chances que des événements extérieurs viennent empêcher l’emprunteur de rembourser ses dettes.

Aussi, pour une même somme, il est fréquent que le taux d’intérêt soit plus faible si la durée de remboursement est plus courte. À l’inverse, plus cette durée est longue, plus le taux aura tendance à être élevé.

Risque

Pour finir, la structure financière évalue le niveau de risque. On considère qu’un prêt est risqué si la personne qui emprunte a peu de chance de pouvoir le rembourser.

Plus le risque est faible, plus le taux sera bas. Par contre, plus le risque est fort, plus le taux sera haut.

Les différents types de taux d’intérêts

Taux d’intérêt nominal

Il existe deux grands types de taux. Le premier est le taux d’intérêt nominal. On le définit au moment où on signe le prêt.

Cela signifie que le taux ne changera pas au fur et à mesure des années. C’est un taux annuel.

Taux d’intérêt réel

Le deuxième type est le taux d’intérêt réel. Contrairement au taux annuel qui ne bouge pas, celui-ci change chaque année.

Le plus souvent, il varie en fonction de plusieurs facteurs, comme les primes de risque ou l’inflation. Ce taux peut donc être plus intéressant, mais il peut aussi se retrouver plus élevé qu’un taux négocié à l’année dès le départ.

Taux fixe, variable, mixte… : quelles différences ?

On entend souvent parler de taux fixe. Ce terme désigne un taux d’intérêt nominal, c’est-à-dire un pourcentage qui ne bougera jamais. L’entité financière le détermine au moment de signer le contrat de prêt.

On peut aussi se référer à un taux variable. Il se rapporte à un pourcentage qui change tout au long de l’emprunt. Cela signifie que l’entité financière réévalue le taux régulièrement. Ainsi, il peut baisser ou augmenter, en fonction de l’évolution du marché. Il s’agit par conséquent d’un taux d’intérêt réel.

Enfin, on peut utiliser l’expression de taux mixte. Comme son nom l’indique, c’est un mélange entre un taux fixe et un taux variable. Ainsi, une partie du taux ne changera pas tandis que l’autre augmentera ou diminuera selon l’évolution du marché.

Dernière mise à jour le 11/03/2021