En finance, l’indicateur RSI est un indicateur technique très populaire. Il est utilisé à travers le monde pour mesurer la force des cours boursiers. Les débutants, comme les investisseurs ou tradeurs les plus expérimentés, s’en servent.

L’indicateur RSI, qu’est-ce que c’est ?

Le RSI signifie Relative Strenght Index. En français, on peut traduire le terme par « l’indice de force relative ». Cet indicateur sert à refléter la force des mouvements à la hausse en bourse par rapport aux mouvements à la baisse. Ainsi, il permet de déterminer la puissance d’une tendance sur les marchés et de déceler l'essoufflement d'un mouvement.

Considéré comme un indicateur technique incontournable de la finance, la popularité de son utilisation réside dans sa facilité de calcul et d’interprétation. Ainsi, les investisseurs professionnels, mais aussi les débutants, s’en servent de manière régulière pour le trading.

C’est un ingénieur mécanicien américain né dans les années 30, J. Welles Wilder, qui est à l’origine du RSI. Très intéressé par l’immobilier puis l’analyse technique, il sort en 1978 le livre « New Concepts in Technical Trading Systems. » Dans cet ouvrage, il présente plusieurs indicateurs techniques qui sont depuis devenus des indicateurs de base de l’analyse technique :

  • L’ATR (average true range),
  • Le RSI (relative strenght index),
  • L’ADI (average directional index),
  • Et le SAR parabolique.

Dans quel cadre est-il utilisé ?

L’indicateur RSI est aussi appelé un « oscillateur ». Parmi ce type d’indicateurs, il en existe d’autres qui peuvent aussi aider à mesurer la puissance d’un mouvement en cours. On compte notamment les stochastiques, le momentum, le CCI, le MACD, le ROC, etc.

La façon de les interpréter est relativement similaire, mais le RSI est incontestablement l’indicateur le plus indispensable de tous. En effet, il est utilisé dans de nombreux domaines et pour des tas d’industries :

  • Sur le marché du Forex (euro, dollar US, yen…),
  • Pour les crypto-monnaies (Bitcoin, Ripple, Litecoin…),
  • Pour les matières premières (or, cuivre, pétrole…),
  • Sur les actions (Total, Cap Gemini…),
  • Ou encore pour les indices (CAC40, Nasdaq, Dow Jones, S&P…).

Comment calculer l’indicateur RSI ?

Le RSI est un oscillateur très utilisé. Son calcul est donc généralement automatisé dans tous les logiciels et les plateformes d’analyses technique, financière et boursière.

Son calcul repose sur la formule suivante :

RSI = 100 - (100/(1 + H/B))

Dans cette formule,

H = le total des hausses de valeurs sur les « n » précédentes séances

B = le total des baisses de valeurs sur les « n » précédentes séances

Et « n » est une donnée paramétrable, mais qui est généralement paramétrée à 14.

Et comment l’interpréter ?

Une fois le calcul de l’indicateur RSI effectué, on obtient un résultat entre 0 et 100. Cette donnée permet d’indiquer une éventuelle zone de surachat ou de survente.

La zone de surachat se situe entre 70 ou 80 et 100, et celle de survente entre 20 ou 30 et 0.

Lorsqu’une donnée se trouve ainsi en surachat, ce n’est pas encore le moment opportun pour acheter. De la même manière, lorsqu’une donnée est entre 0 et 20 ou 30, on considère que le moment n’est pas opportun pour vendre.

L’interprétation des résultats au sein de ces deux zones est très utile pour les investisseurs en bourse, en revanche, la zone entre 30 et 70 n’est pas utilisée. Elle ne donne, en règle générale, aucune information viable.

Dernière mise à jour le 15/04/2021