Le capital risque est un investissement informel qui va soutenir économiquement et stratégiquement toute entreprise au futur prometteur qui n’est pas encore cotée en bourse. Il permet d’apporter une contribution au capital de la société en devenir. Il se matérialise par un financement sous forme participative au capital de l’entreprise naissante.

Le capital risque, définition

Le capital risque est la solution financière qui permet aux entreprises en devenir de lancer leur activité et d’augmenter leurs fonds propres. Il s’agit d’une participation sous forme d’argent apporté par un investisseur .

Il est parfois compliqué de soutenir une entreprise en phase de croissance malgré son potentiel (obtention de prêts). Ce capital sans demande de garantie est une aide essentielle pour un développement optimal. 

En augmentant le capital, cela évite le risque d’endettement. Le créateur de l’entreprise offre ainsi une sécurité à ses créanciers. En plus de faire office d’un puissant levier financier, le capital risque s’engage également à un accompagnement. Il permet d’apporter un réseau et de l’expérience. 

Comme dans toute création, l’augmentation des capitaux aide considérablement à la phase d’amorçage (prototypes, communication,...).

Différences avec le Business angel

Les deux termes sont souvent associés car similaires. Il faut pourtant distinguer le capital risque du business angel sous quatre grands axes :

  • Financement des entreprises : Le capital risque accompagne les start-up déjà existantes qui occupent une position sur le marché mais pas encore cotées en bourse (les business angels aident plutôt dans leur démarrage)
  • Contribution au capital : Les sommes investies sont bien plus élevées lorsqu’il s’agit d’un capital risque
  • Conditions d’investissement : selon le projet, le retour sur investissement diffère (pour un business angel de 2 à 5 ans, pour un capital risque au delà de 5 ans)
  • Secteurs privilégiés : le domaine de l’innovation est privilégié pour le capital risque alors que les business angels se consacrent principalement au domaine des énergies renouvelables

Réels risques et intérêts

Comme souligné précédemment, les entreprises stables et en pleine expansion sont clairement les plus soutenues par les capital-risques. Elles ont pourtant généralement déjà accès à des sources de financement conventionnelles. 

Seulement dans le cas de certains projets d'innovation, l’investissement demande plus de ressources et donc génère plus de risques pour recevoir un soutien auprès de banques. Pour recevoir davantage de fonds, il est naturel de se diriger vers ces formes de financement participatifs comme le capital-risque. 

Cependant, il ne faut pas oublier qu’un capital risque prend des participations certes minoritaires mais qui lui permettent de détenir un pouvoir de décision sur l’entreprise concernée par l’investissement. Il intervient comme actionnaire de forme directe dans la gestion et la prise de décision pour s’assurer de la réalisation des objectifs. Ces investisseurs sont appelés des “capital-risqueurs”. 

Le risque important pour celui-ci réside dans le développement. Si la société rencontre des difficultés à se développer, le capital-risqueur trouvera difficilement des futurs acquéreurs pour revendre ses actions et peut tout perdre. 

A l’inverse, le retour sur investissement peut dépasser considérablement ses espérances si l’entreprise rencontre un succès. Dans ce cas, quand la valeur de la start-up augmente, le capital-risqueur peut choisir de vendre ses actions et ainsi obtenir une plus-value sur les participations prises à l'origine.

Dernière mise à jour le 26/08/2020