Lors du lancement d’une activité professionnelle, le financement peut s’avérer être une problématique pour de nombreux entrepreneurs. De nombreuses pratiques financières sont ainsi adoptées, parmi elles, l’autofinancement, aussi appelé le Bootstrapping.

Le bootstrap, définition

Le bootstrapping, dont le nom fait référence aux aventures du baron de Münchhausen – dont la légende raconte qu’il serait sorti seul d’un marécage en tirant sur les boucles de ses bottes – est un terme qui désigne le démarrage d’une activité à partir de fonds propres et limités. Autrement dit, sans avoir recours à un apport financier extérieur (prêt, collecte de fonds, investisseurs, etc.).

Ce système, qui est synonyme d’un autofinancement, permet donc de financer le lancement ou le développement d’un projet entrepreneurial et offre à l’entrepreneur l’avantage d’avoir un contrôle total de son entreprise.

Pourquoi avoir recours au bootstrap ?

Comme dit précédemment, un des premiers avantages du bootstrap est l’opportunité d’avoir un contrôle total sur l’ensemble de l’entreprise. Ainsi, une fois que les premiers bénéfices auront alimenté le chiffre d’affaires fixé, une liberté financière le porteur de projet peut ainsi entreprendre, investir et innover comme bon lui semble. 

Comment mettre en place une stratégie de bootstrap ?

Avant tout lancement de projet, il est important d’en confirmer sa faisabilité. Une étude de marché, visant à comprendre les besoins, les attentes et les habitudes des consommateurs, peut s’avérer être une aide efficace. Cette démarche vise ainsi à valider l’existence d’une demande et d’une audience à laquelle sera destinée le produit ou le service que vous souhaitez proposer. Cette étape permet donc d’établir un public cible, de mettre en place un support de vente (site internet, emailing, réseaux sociaux, etc.) et de véhiculer du trafic.

Pour ce faire, il est important de se tourner vers la communication et plus précisément vers la réalisation d’actions marketing. Ces actions marketing, doivent suivre une stratégie mise en place via des canaux et techniques gratuites parmi lesquelles :

  • Le marketing de guérilla, qui consiste en la promotion d’un e-commerce ;
  • Le marketing de contenu, qui consiste à créer des contenus à forte valeur permettant de générer du trafic ;
  • Le marketing social organique, qui, au travers des réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Linkedin, etc.) permet d’obtenir une certaine visibilité ;
  • Le marketing vidéo, en partageant du contenu pertinent sur YouTube, qui se place à la deuxième place des plus grands moteurs de recherches du monde ;
  • L’affiliation, qui consiste à faire la promotion des produits par le biais de marketeurs / influenceurs actifs.

Le bootstrapping, un investissement personnel

De nos jours, et de par la croissance de l’utilisation des réseaux sociaux, l’autofinancement, ou bootstrapping, est devenu une approche très répandue. Néanmoins, il est important de noter que le bootstrapping est une démarche qui sollicite beaucoup de patience, un fort investissement personnel et une certaine régularité. 

Enfin, il peut parfois s’avérer nécessaire d’investir certaines économies personnelles en complément de l’ingéniosité mise en place.

Dernière mise à jour le 15/09/2020