La Banque centrale européenne est la banque qui supervise et harmonise les dix-neuf pays qui font partie de la zone euro.

La Banque centrale européenne, présentation

La BCE (la Banque centrale européenne), est comme son nom l’indique, une institution européenne.

Créée en juin 1998, elle suit un modèle fédéral.

Le siège de la BCE se situe en Allemagne, à Francfort sur le Main.

La Banque centrale européenne est l’institution monétaire qui se charge de la monnaie unique pour la zone euro : l’Euro.

Elle supervise le réseau qui en découle : l’Eurosystème, qui réunit la BCE et chacune des banques nationales des dix-neuf pays de la zone euro.

(On y retrouve, par ordre alphabétique : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, Chypre, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovaquie et la Slovénie).

Quelles sont les missions qui relèvent de la Banque centrale européenne ?

Lors de sa création, la principale mission de la BCE qui a été définie est « d’assurer la stabilité des prix ». En effet, comme le précise de traité de Maastricht, c’est cette condition qui est nécessaire à la croissance durable de l’économie.

Le fait de maintenir la stabilité des prix, c’est aussi en d’autres termes une manière de dire qu’il s’agit de sauvegarder la valeur de l’euro face aux autres monnaies.

Ainsi, ses missions opérationnelles principales sont d’encadrer les niveaux des taux d’intérêts pour les pays membre de la zone euro, mais aussi les taux des opérations de refinancement.

Le refinancement c’est le système par lequel des banques commerciales obtiennent des liquidités auprès des banques centrales (les banques nationales comme la Banque de France).

C’est également la Banque centrale européenne qui se charge de la surveillance et du contrôle prudentiel de tous les établissements de crédit qui se situent dans la zone euro.

Une entité transparente mais confidentielle

Pour mener à bien toutes ses missions, la BCE doit tenir compte de deux facteurs majeurs qui s’opposent : la transparence et la confidentialité.

Vis-à-vis des pays non-membres de l’euro, et pour des raisons évidentes de sécurité financière des états, certaines données sont très sensibles. De nombreux processus de sécurité et de confidentialité sont donc mis en place pour assurer la confidentialité des données qui transitent par les systèmes de la BCE.

Elle travaille directement en collaboration avec les banques centrales pour la création de systèmes sécurisés. La Banque de France héberge à ce sujet la direction de projet Target et Target 2 Securities, pour lesquels elle travaille en collaboration directe avec la Banque fédérale d’Allemagne, la Banque d’Italie et la Banque d’Espagne pour le compte de la BCE.

D’un autre côté, la Banque centrale européenne se doit d’être une entité transparente. Le niveau de pouvoir qu’elle représente et le nombre de pays qui lui sont rattachés implique un très haut niveau de contrôle.

En interne, les procédés doivent donc être clairs et transparents vis-à-vis de tous ses pays membres.