Dans le monde de l’entreprise, on distingue différents types d’organisations internes ; l’organisation divisionnelle concerne généralement des entreprises de grande taille dont la production est diversifiée qui séparent en plusieurs divisions leurs unités de production.

L’organisation divisionnelle, qu’est-ce que c’est ?

On parle d’organisation divisionnelle ou de structure divisionnelle pour désigner une entreprise organisée autour des biens ou des services qu’elle produit qui divise ses actions et son management par division.

Dans ce mode de fonctionnement, les entreprises divisent leur organisation en unités homogènes autonomes et distinctes. La division peut s’opérer en fonction de différents aspects :

  • Des domaines d’activités différents,
  • Un centre de profit distinct,
  • Des types de produits différents,
  • Des clientèles et des cibles différentes,
  • Ou encore des zones géographiques distinctes.

Ce type d’organisation est généralement mis en opposition avec d’autres formes telles que l’organisation fonctionnelle ou l’organisation matricielle.

À noter : les organisations divisionelles sont aussi parfois appelées les structures en M, pour multidivisionnelles.

À quels types d’entreprises se destine ce type d’organisation ?

L’organisation divisionnelle est particulièrement appliquée dans les grandes entreprises qui ont une offre diversifiée. C’est-à-dire qu’elles proposent une gamme de produits ou de services variés.
Les sociétés divisent alors leurs entités en plusieurs structures relativement autonomes. C’est pourquoi cela concerne les grandes entreprises ou les grands groupes pour lesquels la séparation en plusieurs pôles d'employés de la société est possible.

La direction et les services supports, quant à eux, suivent le même fonctionnement que dans une organisation classique. Il y a donc généralement une direction générale, qui supervise un service de ressources humaines, un service juridique, un service des systèmes d’informations, etc. Et tous ces services supports soutiennent les différentes divisions pour la réalisation de leurs fonctions opérationnelles.

Exemples de structures divisionnelles :

Direction générale

Services supports (RH, juridique, informatique…)

  • Division grand public,
  • Division clients professionnels,
  • Puis division négoce, etc.

Direction générale

Services supports (RH, juridique, informatique…)

  • Division France,
  • Division autres pays d’Europe,
  • Puis, division Asie, etc.

Direction générale

Services supports (RH, juridique, informatique…)

  • Division produits laitiers,
  • Division bonbons,
  • Puis, division gateaux, etc.

Quels sont les avantages de l’organisation divisionnelle ?

La mise en place de ce genre de structure d’entreprise présente de nombreux avantages, notamment pour les entreprises qui agissent sur plusieurs marchés ou différents domaines d’activité. En effet, dans ces cas, la structure permet à chaque entité autonome d’avoir une meilleure réaction aux changements et de mieux s’adapter à un marché précis.

On compte donc parmi les principaux avantages de l’organisation divisionnelle :

  • La flexibilité opérationnelle et stratégique,
  • L’autonomie de décision de chacune des divisions,
  • L’adaptabilité de la structure face aux changements et aux imprévus,
  • Une mesure des performances facilitée (puisqu’elle peut être réalisée par division pour mettre en évidence lesquelles opèrent le mieux),
  • Une culture plus homogène au sein de chacune des divisions,
  • Et une innovation facilitée.

Et quels en sont les inconvénients ?

La mise en place de cette organisation, bien qu’elle présente de nombreux avantages peut aussi engendrer certains inconvénients. En premier lieu, ce genre d’organisation est assez difficile à mettre en place puisque les divisions ne travaillent plus sur les mêmes choses.

Un des risques que présente ce système est également la dispersion des ressources. En effet, il peut y avoir une redondance des tâches entre les divisions et donc plusieurs postes similaires à pourvoir. De fait plusieurs salariés peuvent être employés pour effectuer les mêmes missions, mais dans des divisions différentes.

Enfin, un autre risque est qu’une compétition interne s’installe entre les divisions, au détriment de la culture globale d’entreprise. Cela peut également arriver si les divisions souhaitent chacune faire prévaloir leurs intérêts auprès de la direction de l’entreprise pour obtenir plus de ressources que les autres.

Pour limiter les risques de l’organisation divisionnelle, il convient donc pour la direction de rester vigilante sur certains points :

  • Le manque de cohésion, de cohérence et de culture commune au sein de la société,
  • Le risque de conflits qui peut en découler entre les différentes divisions,
  • Un éventuel manque de coopération également lié,
  • Et la baisse des économies d’échelle et l’éventuelle augmentation des frais de structure.

Dernière mise à jour le 18/05/2021