Dans le monde du travail, on définit comme cadre, toute personne qui assume des fonctions liées à l’encadrement. Ceci dit, il n’existe pas de définition officielle et la notion peut parfois être complexe ou floue selon si l’on aborde le sujet des missions, du statut ou encore des représentations sociales…

Un cadre d’entreprise, qu’est-ce que c’est ?

Un cadre d’entreprise est une personne physique, qui peut être un employé ou un dirigeant au sein d’une société.

De nos jours, le terme de cadre est plus utilisé pour définir un statut que pour déterminer les missions que doit assurer une personne.

À l’origine, ce terme servait pour reconnaître les compétences techniques et le rôle d’encadrement d’une personne. Cependant, on voit aujourd’hui au sein de certaines entreprises, des cadres qui n’ont pas d’équipe à encadrer.

Cela définit plutôt une très large population qui mêle aussi bien des managers et des dirigeants que des experts dans un domaine.

Dans les pays anglo-saxons, ces trois notions sont définies chacune par un terme différent et non sous un mot commun.

On parle ainsi « d’executives » pour les cadres dirigeants, de « managers » pour les encadrants d’équipes et de « professionals » pour les experts dans un domaine.

Quel est le statut juridique d’une personne cadre ?

Légalement, le statut de cadre n’est pas défini. Il n’existe que dans la jurisprudence.

Cependant, au quotidien, on le retrouve dans de nombreux contextes :

  • Les conventions ou les accords collectifs,
  • Les syndicats,
  • Les institutions telles que l’Agric ou l’APEC.

Le statut des personnes cadre entre notamment en compte dans le décompte des heures de travail. Certains bénéficient ainsi du forfait-heure et une distinction est alors faite entre les cadres dirigeants et les autres cadres.

Entre les employés cadre et ceux qui ne le sont pas, des différences sont aussi à noter sur les termes des contrats de travail. Le décompte du temps de travail est différent : puisque les heures supplémentaires des cadres ne sont généralement pas rémunérées. Et le cadre cotise à l’APEC et à différentes caisses de retraites, ce qui augmente son niveau de cotisations sociales. Le préavis en cas de rupture du contrat de travail change également. Il est en effet de 3 mois pour les cadres contre un seul pour les autres employés.

Quid du statut social ?

Socialement, on oppose dans le monde du travail les personnes cadre et celles qui ne le sont pas.

Cela vient notamment des catégories que propose l’INSEE pour classer les professions.

Ainsi, il existe une catégorie appelée « Cadres et professions intellectuelles supérieures ».

De cela découle une catégorie de niveau de vie : les CSP et les CSP+.

En France, on peut donc parler de cadre pour aborder une approche plus culturelle que simplement l’univers laboral.

Dernière mise à jour le 15/01/2021