La vente en vrac est le fait d’acheter des produits au poids ou à la pièce. Depuis quelques années, ce type de vente connaît un véritable essor. Elle a, en effet, de plus en plus de succès auprès des consommateurs, car elle permet à la fois de réduire le gaspillage alimentaire et les emballages. Pour éviter les risques sanitaires et protéger les consommateurs, la vente en vrac est encadrée par le Code de la consommation.

Vente en vrac : définition

La vente en vrac est une manière de distribuer des produits. Avec ce système, les produits sont présentés sans emballage et le consommateur peut acheter les quantités qu’il souhaite. On peut vendre en vrac aussi bien dans des lieux fixes que dans des magasins ambulants. Le plus souvent, il s’agit d’une vente en libre-service. 

L’avantage de ce type de vente est d’une part de limiter le gaspillage alimentaire. En effet, en achetant seulement ce dont on a besoin, on évite que les denrées pourrissent. D’autre part, ce système permet de réduire considérablement les quantités d’emballage. C’est donc une manière intéressante de contribuer à la préservation de l’environnement.

Produits en vrac

La plupart des produits peuvent être vendus en vrac. Il existe cependant quelques exceptions, comme :

  • les produits d’appellation d’origine protégée
  • l’huile d’olive en libre-service (on peut toutefois se faire servir ce produit en vrac par le vendeur)
  • les produits surgelés…

Obligations

Lorsqu’on procède à de la vente en vrac, il est obligatoire de mentionner un certain nombre d’éléments sur un écriteau qui doit se trouver, soit sur le contenant du produit, soit à proximité de ce contenant.

Vente en vrac alimentaire

Généralités

Ainsi, il faudra entre autres spécifier sur l’étiquetage d’un produit alimentaire :

  • Le nom du produit
  • Son prix (au poids ou à la pièce)
  • La présence d’allergènes
  • L’état du produit (s’il a été décongelé, par exemple)
  • La présence d’un traitement par ionisation

Fruits et légumes

Pour les fruits et légumes, il faut en plus ajouter :

  • La variété
  • L’origine
  • Éventuellement, la qualité et le calibre

Par ailleurs, les fruits et légumes devront être entiers et propres. Le vendeur devra aussi les avoir débarrassé des parties non comestibles, excepté si elles sont nécessaires à la bonne conservation du produit.

Oeufs

En ce qui concerne les oeufs, l’étiquetage devra indiquer :

  • La catégorie de qualité
  • Le mode d’élevage
  • La date de péremption
  • L’explication du code de l’oeuf

Vente en vrac de produits d’hygiène

Si la vente en vrac est celle de produits d’hygiène, comme des cosmétiques ou des produits ménagers, il faudra, là aussi, indiquer plusieurs éléments sur l’étiquetage, comme :

  • Le nom du fabricant
  • Les ingrédients
  • La date à partir de laquelle le produit perd ses propriétés ou devient dangereux pour la santé
  • Les précautions d’emploi…

Hygiène

Le vendeur doit disposer ses produits dans des bacs ou des distributeurs. C’est lui qui est responsable de leur nettoyage.

Il doit également s’assurer que les produits restent propres et aérés, afin qu’ils ne s’altèrent pas.

Vente en vrac : emballage

Le Code de la consommation défit les règles concernant les emballages. Ainsi, le vendeur peut proposer des emballages, payants ou gratuits. Ceux-ci devront néanmoins respecter les normes de sécurité, d’hygiène et de recyclage.

Le consommateur a aussi la possibilité de venir avec son propre emballage. C’est tout à fait autorisé. Le contenant devra être propre et adapté au produit. Si le vendeur considère qu’il est sale ou inadapté, il peut refuser de l’utiliser. Dans tous les cas, c’est le client qui sera le seul responsable de l’hygiène de son emballage. Un affichage dans le magasin devra d’ailleurs le spécifier.

Sanctions

Si un vendeur de produits en vrac ne respecte pas la législation, il s’expose à des sanctions. Elles prennent la forme d’une amende qui peut atteindre 7500 euros.

Dernière mise à jour le 26/02/2021