Le cash pooling est une technique utilisée en comptabilité. Elle permet de gérer de manière centralisée les comptes des filiales d’une même société sans pour autant violer le principe du monopole bancaire.

Le cash pooling, qu’est-ce que c’est ?

Le cash pooling est une méthode comptable qui sert à centraliser l’administration des comptes de plusieurs filiales ensemble. Cette action, si elle est mal réalisée, peut violer le principe du monopole bancaire. Mais via le cash pooling, un groupe peut optimiser la gestion de la trésorerie de ses filiales. Cependant, s'il pratique ce genre d’opérations de crédit, le groupe et ses filiales doivent tous mentionner cette spécificité dans leurs statuts.

Cela permet en effet d’équilibrer les différents comptes des filiales tout en conservant une vision globale des flux. Autrement dit, les filiales et le groupe peuvent partager une caisse de trésorerie commune de manière simplifiée.

Cette technique présente plusieurs avantages pour les groupes :

  • Une visualisation claire des besoins et des excédents des différentes filiales,
  • L’équilibration facile de tous ses comptes,
  • L’optimisation des frais financiers,
  • Et l’optimisation de la gestion des risques (pour les différents taux, les niveaux de change, etc.).

Comment réaliser du cash pooling ?

Il est possible d’utiliser différentes techniques de cash pooling. Certaines fonctionnent par transfert physique de fonds tandis que dans d’autres cas, on peut réaliser du cash pooling notionnel.

Les méthodes de cash pooling par transfert physique de fonds

Cette technique est aussi appelée la technique du nivellement comptable. Elle sert à réaliser des transferts de fonds d’une filiale à une autre en passant par une centrale de trésorerie. On appelle également ces centrales de trésorerie des comptes centralisateurs, des comptes pivots ou encore des « master accounts ».

Il existe trois types de transferts de fonds :

  • Le Zero Balancing Account (ZBA). Cette technique est réalisée via une remise à zéro des comptes de manière quotidienne ;

  • Le Target Balancing Account (TBA). Le TBA consiste à niveler les comptes des filiales lorsque certaines dépassent un certain seuil de leur solde créditeur. En dessous du seuil, la centralisation ne peut pas avoir lieu.

  • Et le Fork Balancing Account (FBA). Cette troisième méthode consiste à niveler tous les soldes créditeurs et débiteurs des filiales dès lors qu’ils sont respectivement supérieurs ou inférieurs à un certain montant prédéfini. Ce type de centralisation peut être réalisée de manière manuelle (en interne au sein du groupe) ou de manière automatique (dans ce cas c’est la banque qui se charge du nivellement).

Le cash pooling notionnel

Cette autre méthode concerne le cash pooling sans transfert de fonds. On l’appelle aussi la fusion d’échelles d’intérêts ou la centralisation notionnelle.

Cela permet à chacune des entités de travailler avec ses propres lignes de crédit sans utiliser de compte centralisateur.

Comment inscrire le cash pooling en comptabilité ?

Pour inscrire un système de cash pooling dans les états comptables, il faut se référer au plan comptable général (PCG).

Ce dernier indique que les opérations doivent être comptabilisées en premier lieu au sein du compte 451 : groupe. On y inscrit donc le montant des fonds que l’entreprise a avancé aux différentes sociétés du groupe ; ou au contraire, les fonds mis à disposition par les filiales, pour le groupe.

Au sein du bilan, dans le compte 451, on enregistre dans le premier cas les montants à l’actif dans « autres créances ». Et dans le cas d’une mise à disposition de la part des filiales, le montant s’inscrit au passif dans « emprunts et dettes financières diverses ».

Les charges d’intérêts quant à elles doivent être inscrites dans le comte 615 : intérêts des comptes courants et des dépôts créditeurs. Enfin, les produits financiers vont eux dans le compte 768 : autres produits financiers.

Dernière mise à jour le 05/07/2021