Le marketing genré ou de genre consiste à promouvoir des produits ou services en se basant sur un principe de segmentation des genres. Cela consiste donc à différencier les produits vendus selon le public cible auxquels ils s’adressent en se basant sur une séparation hommes/femmes. L’idée revient donc à adapter le discours à une cible divisée en deux catégories en usant de nombreux messages stéréotypés. 

Qu’est-ce que le marketing genré ? 

Le marketing genré ou de genre est une pratique commerciale qui vise à adapter les techniques de vente au genre du public ciblé. On parle également de marketing sexué

Dans son application, ce type de marketing s’appuie sur des différenciations qui peuvent porter sur :

  • les coûts,
  • le packaging,
  • le message publicitaire,
  • ou encore, les fonctionnalités du produit. 

Certains cas justifient un marketing avec une approche sexuée séparant les hommes des femmes. On peut par exemple penser à des protections périodiques pour lesquelles un marketing non-genré serait un non-sens. Ou alors, pour les hommes, il pourrait s’agir de campagnes de prévention portant sur des examens médicaux exclusivement dédiés au public masculin. 

Cependant, ce type de marketing comporte de nombreuses limites. La première est qu’il présuppose que les genres doivent faire l’objet d’un traitement différent. La seconde est qu’il renforce les stéréotypes genrés qui font l’objet de nombreux débats. 

Dans la plupart des cas, le marketing sexué est remis en question et jugé illégitime. On lui reproche de renforcer les idées préconçues séparant les genres et de renforcer les incompréhensions et les problèmes de communication. 

Quels sont les exemples de marketing de genre injustifiés ? 

Le marketing genré est régulièrement pointé du doigt dans ses formes illégitimes voire abusives. Les cas suivants ne reflètent pas toutes les formes de marketing sexué. Ils permettent toutefois de comprendre comment cette pratique peut véhiculer des messages stigmatisants et ainsi renforcer les stéréotypes de genre

Le premier exemple concerne le marché des jeux pour enfants. Dans ce domaine, le marketing de genre est monnaie courante et tend à se conforter dans un même modèle figé. La segmentation garçons/filles, dans les magasins spécialisés se distingue nettement par un choix chromatique bleu/rose. Ainsi, les poupées et dinettes prennent place dans le rayon peint en rose. Les petites voitures et jeux de combats sont, quant à eux, représentés par la couleur bleu. Ce procédé influence les enfants dès leur plus jeune âge vers une approche sexiste et stéréotypée de la vie d’adulte. 

Le second s’appuie sur un produit qui, bien qu’ayant les mêmes fonctionnalités, fait l’objet d’une commercialisation distincte selon qu’il se dirige vers un public féminin ou masculin. Il s’agit de l’exemple bien connu des rasoirs jetables. Qu’ils s’adressent aux femmes ou aux hommes, ces rasoirs ont le même but, les mêmes caractéristiques techniques et les mêmes protections évitant les blessures. Cependant, les rasoirs jetables féminins, en plus d’arborer un packaging généralement rose et une prise en main plus molletonnée, détiennent systématiquement un prix supérieur aux rasoirs masculins. À l’inverse, au rayon hommes, les rasoirs de la même marque sont non seulement moins chers mais les lots commercialisés comportent une plus grande quantité du produit. 

Dernière mise à jour le 21/04/2021