Le coût historique est une notion de comptabilité qui sert à établir le bilan comptable. C’est la valeur qu’a un bien ou un actif quand une entreprise l’acquiert. Sa particularité, due au principe du coût historique, est qu’il n’évolue pas au fil du temps. Il n’est donc jamais calculé à sa juste valeur. Ainsi, il correspond toujours soit au coût d’acquisition, soit à la valeur vénale, soit au coût de production.

Qu’est-ce que le coût historique en comptabilité ?

En comptabilité, on parle de coût historique pour désigner la valeur d’un actif ou d’un bien au moment de son acquisition par une entreprise. En d’autres termes, il s’agit du prix d’origine de ce bien ou de cet actif.

Pour une entreprise, il est important de connaître les coûts historiques de ses actifs. En effet, elle doit les renseigner dans son bilan.

Quels sont les différents coûts historiques comptables ?

Il existe différents coûts historiques, en fonction de la manière dont l’entreprise a acquis son bien ou son actif. Les plus fréquents sont :

  • Le coût d’acquisition,
  • La valeur vénale,
  • Le coût de production.

Le coût d’acquisition est tout simplement le prix auquel une entreprise a acheté un bien ou un actif. Autrement dit, c’est son prix de vente. La valeur vénale, elle, correspond au prix d’un bien ou d’un actif que l’entreprise a reçu gratuitement ou en échange d’un autre bien ou actif. Il est important de connaître ce prix si l’entreprise souhaite revendre ce bien ou cet actif. Enfin, le coût de production se rapporte au prix que vaut un bien ou un actif que l’entreprise a elle-même produit.

Qu’est-ce que le principe du coût historique ?

Le principe du coût historique est une règle en comptabilité française. Elle implique qu’au moment d’inscrire la valeur des actifs dans son bilan, une entreprise prenne en compte le coût historique, c’est-à-dire, la valeur de l’actif au moment de son acquisition.

Suivant ce principe, la valeur des actifs inscrits au bilan n’évolue jamais et ce, même si ces actifs prennent ou perdent de la valeur au fil du temps. L’objectif est de simplifier la tenue des bilans comptables. 

Coût historique et juste valeur

Il faut savoir le coût historique ne vaut que pour la France. Ce principe ne s’applique effectivement pas à l’international. Ainsi, au niveau mondial, les entreprises peuvent mettre en pratique la norme comptable IFRS 13 et inscrire dans leur bilan leurs actifs suivant leur valeur du moment.

Pour s’adapter à cette norme, la France a prévu de nouvelles dispositions. Désormais, il est alors possible pour certaines entreprises de réévaluer leurs actifs.

Logiquement, seules les entreprises déficitaires procèdent généralement à cette réévaluation. Toutefois, ce phénomène reste assez rare, car réévaluer ses actifs implique souvent de payer des impôts supplémentaires lors les années suivantes.

À quoi sert ce coût ?

Ce coût sert principalement à deux opérations. D’un côté, il fait partie des éléments indispensables à l’établissement du bilan d’une entreprise, document comptable obligatoire.

De l’autre, il permet d’estimer la valeur, même approximative, d’une entreprise. Cela donne lieu à la réalisation d’études et de comparatifs entre entreprises.

Dernière mise à jour le 01/06/2021