Qui ne reçoit pas dans sa boîte mail une newsletter de temps en temps, si ce n’est chaque jour voire plusieurs par jour ? Cet outil marketing est devenu un standard utilisé par les entreprises pour toucher leurs abonnés.

Ainsi, les entreprises envoient par e-mail des messages d’information de manière régulière dans le but de déclencher une action commerciale.

La newsletter, définition

Une newsletter est une lettre d’information envoyée par une entreprise à une liste de diffusion. Ces listes sont en fait composées des abonnés de l’entreprise, qu’elle peut ou non segmenter.

Les newsletters sont envoyées par email, de manière régulière ou ponctuellement. Certaines entreprises créent de l’engagement dans leurs communautés en envoyant des newsletters quotidiennes, hebdomadaires, bimensuelles, mensuelles, bimestrielles, etc. Et d’autres préfèrent communiquer seulement lorsqu’elles ont une information en particulier à partager.

Il est aussi possible d’adopter les deux stratégies et de prévoir des envois réguliers, agrémentés de certains compléments ponctuels pour parler de sujets non-récurrents.

Il faut souligner que, même si l’envoi fréquent de newsletter est un bon moyen de communiquer auprès de ses clients et des prospects pour créer et fidéliser une communauté, une surabondance de messages peut provoquer un effet contraire. En effet, les hébergeurs d’emails sont aujourd’hui vigilants et possèdent de nombreux filtres contre les spams. Trop de messages issus du même expéditeur peuvent ainsi l’envoyer directement dans les messages filtrés. De même, les lecteurs peuvent se lasser et décider de se désabonner s’ils jugent leur boite mail saturée de messages qui ne les intéressent pas.

C’est donc pour cela qu’il est important d’envoyer des messages dont le contenu intéresse vraiment les destinataires. Pour cela, l’entreprise peut réaliser des tests qui portent notamment sur la mise en page, les couleurs utilisées, etc…et choisir la version qui a le plus séduit un échantillon d’utilisateurs. C’est le principe de l’A/B testing.

Les newsletters peuvent aborder des sujets très variés.

Il peut s’agir de présenter

  • Des promotions,
  • De nouveaux produits,
  • Un contenu éditorial informatif,
  • Une opération commerciale ponctuelle,
  • Un partenariat…

Le succès des newsletters repose sur la qualité de la base de données d’une entreprise. En effet, le fait de répertorier ses clients et ses prospects permet d’atteindre par la suite un maximum de personnes de manière gratuite. Il suffit simplement de garder les contacts pris et de les organiser.

Quelles sont les différentes méthodes d’abonnement à une newsletter ?

En France, il existe une réglementation stricte quant à l’envoi de newsletters. Ainsi, l’envoi vers un particulier de la part d’un professionnel est un acte interdit si ce premier ne l’a pas sollicitée. C’est-à-dire que le professionnel ne peut pas d’office décider d’envoyer des newsletters à l’ensemble de son fichier client. Ces derniers doivent avoir sollicité l’abonnement à une newsletter, ou si la demande n’émane pas d’eux, ils doivent au moins y avoir agréé.

On différencie donc quatre types d’options pour les abonnements aux newsletters :

L’opt-in actif

Dans ce cas de figure, c’est l’utilisateur qui choisit lui-même de s’abonner à la newsletter en cochant une case qui indique qu’il souhaite s’inscrire

L’opt-in passif

On utilise ce terme pour illustrer une configuration similaire. Mais dans ce cas, la case est déjà pré-cochée.

L’opt-out actif

Ici, l’utilisateur coche une case spécifiant qu’il ne souhaite pas s’abonner.

L’opt-out passif

Avec cette dernière option, l’utilisateur est abonné d’office. Il doit ensuite faire lui-même une démarche de désabonnement pour ne plus recevoir la newsletter.

En théorie, dans la relation professionnel – particulier, seule l’opt-in actif est donc légalement autorisée.

En BtoB en revanche, les différents cas de figure sont acceptés.

Comment gérer le désabonnement d’une newsletter ?

Suite à un abonnement, un utilisateur doit pouvoir se désabonner gratuitement et sans délai.

Ainsi, l’expéditeur de la newsletter doit indiquer les coordonnées via lesquelles le destinataire peut faire une demande de désabonnement.

En pratique, il s’agit de mettre un lien qui renvoi vers une solution de désinscription. On le retrouve généralement directement au sein de la newsletter (le plus souvent dans le footer).

Quelles sont les sanctions en cas de non-respect de la législation ?  

Le non-respect des disposition légales liées à la vie privée des internautes engendre des pénalités. Ces dernières sont encadrées par le code pénal, dans la Loi Informatique et Libertés.

Ainsi, le fait d’abonner quelqu’un à une newsletter sans son accord ou de ne pas rendre possible son désabonnement est puni de 1500€ par infraction. La somme peut aller jusqu’à 3000€ dans le cas d’une récidive.

Par ailleurs, dans le cas où les informations recueillies seraient détournées, données ou revendues à des personnes non-autorisées, l’amende peut s’élever à 300 000€. Et le responsable de la publication de la newsletter encourt jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.

Dernière mise à jour le 20/10/2020