On utilise le terme de monopole dans le monde économique pour définir une situation ou un seul vendeur est présent sur un marché pour répondre à la demande d’une multitude d’acheteurs.

Les situations de monopole sont rares. En effet, pour la caractériser, le bien ou le service offert ne doit pas être substituable par un autre. Or, il existe souvent, dans tous les types de secteurs des produits ou services similaires à d’autres qui peuvent remplir la même fonction même s’ils ne sont pas de la même catégorie.

Un monopole, qu’est-ce que c’est ?

En économie, on parle de monopole lorsqu’une société est la seule à offrir son produit ou son service sur un marché, pour plusieurs acheteurs.

Cependant, cette situation est avérée seulement si :

  • Un seul et unique vendeur est présent sur le marché,
  • Il y a une multitude d’acheteurs,
  • Il n’existe pas sur le marché, de bien ou service substituable, qui serait proposé par d’autres entreprises.

On peut donner comme exemple le cas de la Société Nationale des Chemins de Fer dans le passé. En effet, lorsque le marché du transport ferroviaire n’était pas ouvert à la concurrence, la SNCF possédait un monopole sur ce marché.

D’autres systèmes de mobilité tels que la voiture ou l’avion pouvaient être considérés comme une concurrence. Mais en réalité, les différences de service sont si grandes qu’on ne peut pas les considérer comme de réels substituts.

Le monopole est rare dans les sociétés d’aujourd’hui. D’autres termes présentent des situations proches et beaucoup plus répandues.

Par exemple :

  • Le quasi-monopole, qui illustre le fait qu’un vendeur domine très largement un marché bien qu’il ait des concurrents.
  • Et l’oligopole, dans le cas où il y a un petit nombre de vendeurs sur un marché face à une grande demande.

Quels sont les différents types de monopoles ?

On considère qu’il existe quatre différents types de monopoles : le monopole privé, légal, naturel et local.

Ce sont des contextes géographiques, légaux, juridiques, politiques ou simplement commerciaux qui peuvent déclencher ces monopoles.

Le monopole privé

Dans cette configuration, le vendeur contrôle son prix de vente comme bon lui semble. Il peut alors le modifier pour l’adapter à son niveau de production. On oppose le monopole privé au public où c’est l’État qui décide des prix selon ses propres critères. Généralement, ce dernier fixe des prix plafonnés dans 3 buts :

  • Assurer les impératifs macroéconomiques,
  • Assurer l’aménagement de tout le territoire,
  • Et permettre à tous d’accéder aux biens ou services (même aux populations plus défavorisées).

Le monopole légal

C'est la loi ou les organismes de réglementation qui fixent les monopoles légaux. Leur utilisation sert à restreindre la concurrence et assurer divers objectifs politiques tels que :

  • La sécurité,
  • La solidarité,
  • Ou encore la gestion des biens…

Avant leurs changements de statuts, des entreprises comme La Poste, EDF ou la SNCF étaient en situation de monopole légal. Le brevet et le copyright sont aussi des formes de monopole légal. Ces derniers visent à encourager la création et l’innovation.

Le monopole naturel

Le monopole naturel est une conséquence de la concurrence parfaite sur un marché. En effet, lorsqu’une entreprise réalise des économies d’échelle qui lui permettent de répondre à toute la demande avec un prix beaucoup plus compétitif que le pourraient ses concurrents, elle est dans cette situation.

C’est généralement le cas des produits ou services dont la fabrication nécessite de très grosses infrastructures.

Le monopole local

Cette dernière configuration résulte d’une situation géographique qui crée le monopole. Par exemple, si une entreprise est la seule à fournir un certain service dans une zone géographique restreinte, elle n’a pas de concurrent sur son marché, ce dernier étant la zone.

Dernière mise à jour le 22/01/2021