Qu’est-ce que la méthode des coûts à base d’activité ?

Lorsque l’on parle de coûts à base d’activité, on fait référence à une méthode de comptabilité. Aussi nommée méthode ABC, pour l’anglais Activity Based Costing, elle représente une alternative aux méthodes habituelles de comptabilité. 

En effet, contrairement au schéma habituel qui s’appuie essentiellement sur une division par fonction et par produit de l’entreprise, la méthode ABC innove car elle se focalise sur une analyse plus transverse. Là où la comptabilité traditionnelle analyse les unités d’œuvre, cette méthode s’intéresse à des inducteurs de coûts

Elle consiste à mettre l’accent sur les coûts engendrés par les activités, comme son nom l’indique, et, par extension, sur les processus de la chaîne de valeur. Elle met donc aussi en exergue les facteurs clés de succès de la société. 

Ainsi, la méthode des coûts à base d’activité permet de mieux connaître la provenance de chaque coût, en décortiquant les activités qui les génèrent. Cette approche de la comptabilité permet également de porter davantage d’attention sur les charges indirectes

Comment mettre en place la méthode ABC ?

Tout d’abord, avant de s’attaquer à la méthode ABC, il faut bien comprendre les termes qui la définissent. 

Activités et inducteurs de coûts 

Pour commencer qu’entend-on par “activité” ? Il s’agit, par définition, d’un ensemble de tâches réalisées dans un objectif commun par une ou plusieurs ressources dans le but de créer de la valeur. L’addition des activités définit un processus

Le terme d’« inducteur de coût » est lui aussi essentiel dans la notion des coûts par activité. Il s’agit du facteur multiplicateur pour le calcul du coût d’une activité. Ainsi, on doit pouvoir lier l’inducteur à l’activité. 

Exemples d’activités : 

  • facturation, 
  • livraison, 
  • gestion des fournisseurs,
  • production,
  • suivi des clients, 
  • contrôle de la qualité, etc.

Exemples d’inducteurs de coûts : 

  • nombre de factures,
  • quantité de livraisons, 
  • nombre de fournisseurs, 
  • heures d’utilisation de machines, 
  • quantité de commandes reçues,
  • nombre de pièces contrôlées, etc.

Étapes du calcul des coûts à base d’activité

Une fois ces définitions éclaircies, la mise en place de la méthode ABC requiert de suivre un certain nombre d’étapes. 

  1. Identification des activités : il faut d’abord savoir ce que chaque département entreprend au sein de l’entreprise (exemple : service d’administration, service de livraison, etc.).
  2. Évaluation du coût des activités : à cette étape, il s’agit d’extraire le calcul des charges indirectes; On multiplie donc le coût des inducteurs par leur nombre (ex : 150 € x 15 commandes).
  3. Détail des inducteurs de coûts par activité : on définit les inducteurs les plus fréquents et les plus pertinents pour l’entreprise ou le secteur, ainsi que leur nombre pour chaque activité. 
  4. Calcul de la valeur des inducteurs : c’est-à-dire diviser le total des charges indirectes (soit les ressources nécessaires aux activités) par le volume de l’inducteur (ex : si l’activité de facturation vaut 50 000 € et qu’il y a 10 factures, on calcule 50 000 € / 10). 
  5. Affectation des charges indirectes : il s’agit finalement de calculer la somme des charges directes et des charges indirectes (c’est-à-dire le coût par activité) pour obtenir le coût de revient. On peut ainsi déduire ce dernier du prix de vente. 

Quels sont les avantages et les inconvénients de cette méthode ? 

Les défenseurs de la méthode ABC lui attribuent deux qualités principales. Ils considèrent tout d’abord qu’il s’agit d’une approche instructive. En effet, cette analyse de la comptabilité impose une réflexion sur la provenance des coûts. Par conséquent, elle implique aussi de s’attarder à un meilleur contrôle des coûts.   

Par ailleurs, la méthode des coûts à base d’activités permet de mettre en place un management précisément basé sur les activités. Ainsi, cela a un impact direct sur la chaîne de valeur et influence par la même occasion la prise de décision.  

En ce qui concerne les inconvénients, on reproche surtout à cette méthode la lourdeur de sa mise en place. En effet, le fait de définir toutes les activités et tous les inducteurs de coûts reliés peut s’avérer fastidieux. De plus, dépendamment de l’entreprise, le nombre d’activités peut être exponentiel et la méthode peut devenir ingérable. 

Par ailleurs, la méthode ABC implique généralement l’implication de consultants internes ainsi que lamobilisation des employés des différents services, et ce, sans oublier l’implantation d’outils complexes et coûteux. Tout cela ajoute évidemment à la lourdeur du processus. 

Dernière mise à jour le 05/02/2021