De nos jours, on entend régulièrement parler de crypto-monnaie, de cryptoactifs, etc. Ces instruments d’échange monétaires sont en fait des monnaies virtuelles propres au monde numérique. Leur fonctionnement est basé sur la cryptographie qui permet d’émettre des devises et de valider les transactions.

Une crypto-monnaie, qu’est-ce que c’est ?

L’institut national de la consommation définit les crypto-monnaies comme des « monnaies virtuelles qui reposent sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées ». Les protocoles auxquels on fait référence ici sont en fait la blockchain.  

Tout comme les devises classiques, une crypto-monnaie peut être échangée de pair à pair. Or, ces monnaies ne sont pas reconnues juridiquement ou légalement comme telles. En effet, puisqu’elles ne dépendent d’aucune institution, elles n’ont pas de cours légal de référence dans aucun pays.

Parmi les crypto-monnaies les plus connues, on retrouve bien évidemment le Bitcoin, mais aussi Ether, Ripple, etc. Il existe dans le monde plus de 2900 crypto-monnaies en circulation.

Comment est émise une crypto-monnaie ?

Ce sont des internautes qui gèrent et génèrent les crypto-monnaies. Pour émettre une crypto-monnaie, une communauté d’internaute se crée : on les appelle les « miners ».

Ils utilisent un algorithme qui génère des jetons qu’on appelle les « tokens ». Un certain nombre de tokens est ensuite alloué à chaque « miner » en récompense de sa participation au fonctionnement du système.

Une fois créés, les tokens sont stockés dans une sorte de coffre-fort électronique. Ce dernier peut être enregistré sur un appareil physique tel qu’un ordinateur, une tablette ou un smartphone, ou bien dans le cloud.

Pour assurer une sécurité maximale, toutes les étapes sont réalisées sur la blockchain. En français, cette « chaine de blocs » est aussi souvent appelée un « registre de transaction ». Ce dernier terme illustre bien son utilité : elle permet de garder une trace de toutes les transactions en toute transparence, et cela, de manière toujours décentralisée.

Quels sont les risques liés aux crypto-monnaies ?

Étant donné que les crypto-monnaies n’ont pas de statut légal clair et explicite, leur encadrement est de même relativement flou. En France par exemple, ces devises ne sont pas reconnues comme des instruments financiers. De ce fait, il n’existe pas de texte de loi à leur sujet.

Les gens qui choisissent d’investir dans les crypto-monnaies le font donc en toute conscience du vide juridique auquel ils sont exposés. Cela agit sur les autres différents risques liés aux crypto-monnaies tels que le piratage informatique (aussi appelé le hacking). En effet, la conservation des actifs cryptés n’offre pas de protection en termes de sécurité des avoirs.

Par ailleurs, comme d’autres actifs, le cours des crypto-monnaies est volatil. Il expose ainsi les acheteurs à des pertes financières très importantes en cas de bulle spéculative.

Enfin, au vu de leur caractère anonyme, les crypto-actifs tels que la crypto-monnaie favorisent le contournement des règles et peuvent permettre le blanchiment de capitaux. Cela n’implique pas de risque direct pour l’acheteur mais il peut sans même le savoir participer au financement d’activités criminelles ou du terrorisme.

Dernière mise à jour le 10/05/2021