Le bilan de compétences est un dispositif qui permet aux travailleurs d’analyser leurs compétences, personnelles comme professionnelles. Il est souvent réalisé dans le cadre d’un projet d’évolution professionnelle, pour une réorientation ou même une formation.

Le bilan de compétences, présentation

En France, le bilan de compétences est un dispositif public qui a été mis en place pour permettre aux salariés de bénéficier d’une analyse complète de leur personne, en vue d’établir un état des lieux sur leur situation professionnelle.

Il porte sur leurs compétences professionnelles, les compétences et capacités personnelles, les aptitudes ainsi que la motivation.

Il est possible de demander un bilan de compétences lorsqu’une personne souhaite réorienter sa vie professionnelle. Cela peut donc mener à une formation, que ce soit pour changer de voie ou pour évoluer professionnellement au sein de son secteur.

Qui peut demander un bilan de compétences ?

Toutes les personnes actives peuvent bénéficier du dispositif. On entend par cela aussi bien les salariés d’entreprises privées que ceux du secteur public. De même, les demandeurs d’emploi peuvent demander un bilan de compétences, notamment dans le but de faciliter leur retour à l’embauche.

À quoi sert-il ?

En plus de mettre en lumière les compétences et les aptitudes d’une personne, le bilan de compétences est un véritable outil d’accompagnement professionnel.

Ainsi, il permet également pour un travailleur qui souhaite opérer un changement dans sa vie professionnelle de :

  • Redéfinir son projet professionnel,
  • Identifier des formations intéressantes et accessibles,
  • Apprendre à identifier ses atouts et à les utiliser comme arguments de négociation pour un emploi.

Comment se déroule un bilan de compétences ?

La demande préalable

C'est à la suite d’une demande qui émane d'un salarié que l'on réalise un bilan de compétences.

Il peut le réaliser sur ses heures de travail où lors d’un congé de bilan de compétences.

Dans les deux cas, l’employeur peut accepter ou non les dates demandées pour réaliser le bilan. Dans le cas où les dates proposées par le travailleur ne conviennent pas à son employeur, il doit alors lui proposer d’autres créneaux dans un délai qui ne doit pas dépasser les six mois. En clair, l’employeur peut donc décaler la date du bilan mais pas le refuser.

La formation n’est pas gratuite. Sa prise en charge peut venir de la société du salarié. C’est souvent le cas lorsque le but du bilan est de permettre une évolution professionnelle du travailleur au sein de sa société.

Les prestataires qui réalisent le bilan sont spécialisés et certifiés par l’administration publique. Ainsi, il ne peut pas être réalisé en interne au sein d’une entreprise.

L'analyse

Le bilan regroupe trois étapes : une phase préliminaire, une phase d’investigation puis une phase de conclusion.

Au cours de la phase préliminaire, le but de l’intervenant qui mène le bilan est d’identifier le niveau de motivation du salarié et de confirmer son engagement. Il analyse ses ambitions et ses besoins et détermine ainsi les méthodes et les techniques qui devront être utilisées dans les étapes suivantes.

La phase d’investigation sert, elle, à l’analyse pure et dure du travailleur. Il s’agit là d’évaluer ses connaissances générales, techniques, puis spécifiques. Dans certains cas, il peut arriver que des étapes de l’analyse soient menées en groupe.

Enfin, la phase de conclusion est basée sur des entretiens personnalisés entre un ou plusieurs intervenants et le salarié. Ses résultats lui sont donc alors présentés et commentés.

Le but est ici d’identifier et de lister tous les facteurs qui sont favorables ou défavorables au nouveau projet professionnel.

Si le résultat s’avère favorable, l’intervenant peut aussi proposer au travailleur des formations adaptées pour son projet et les différentes étapes de mise en œuvre pour le mener à bien.

Dernière mise à jour le 02/11/2020