Choisir un bon nom de marque est essentiel. En effet, la marque deviendra l’image de l’identité de l’entreprise, celle qui lui permettra de se distinguer de ses concurrents. Cet article donne des conseils pour trouver un nom de marque de qualité. Il détaille quelles sont les caractéristiques d’une bonne marque et les étapes à suivre pour créer un nom de marque efficace et adapté à chaque entreprise.

Définir sa marque

Avant de commencer les recherches pour trouver un nom de marque de qualité, il convient de définir l’identité de l’entreprise, du produit ou du service. L’identité est d’abord un ensemble de valeurs que défend l’entreprise. En d’autres termes, ce sont les qualités de l’entreprise. En fonction du produit, du service ou du domaine, ces valeurs peuvent être aussi variées que l’écoute attentive des collaborateurs et des clients, la protection de l’environnement, la transparence, la disponibilité, la promotion de la diversité, la satisfaction du client, la qualité du produit ou du service, l’innovation…

L’identité se définit aussi par une personnalité. L’entreprise peut par exemple s’adresser à ses consommateurs de manière très sérieuse ou au contraire, adopté un ton détendu ou dynamique… 

Définir une identité passe aussi par déterminer une vision, autrement dit, les raisons pour lesquelles l’entreprise a été créée. C’est le rôle qu’elle veut jouer. La vision détermine la véritable mission de l’entreprise, c’est-à-dire les moyens concrets mis en oeuvre pour réaliser la vision.

Enfin, l’identité d’une entreprise se caractérise aussi par tout un univers, composé d’un esprit et d’une histoire reflétés concrètement par des images, des objets, un design, des couleurs…

Pour définir l’identité d’une marque, on peut aussi se focaliser sur ce que l’entreprise n’est pas et sur ce qu’elle ne souhaite surtout pas véhiculer.

Finalement, il ne faut pas non plus négliger le positionnement. Il est nécessaire de délimiter où se situe la marque, par exemple, sur un marché local, national ou international, sur du bas de gamme ou du haut de gamme… Il est également indispensable de bien savoir en quoi l’entreprise, le service ou le produit se démarque de ses concurrents.

Définir son public-cible

Pour trouver un bon nom de marque, il faut aussi délimiter son public-cible. Le public-cible, ce sont les consommateurs types qui pourraient être intéressés par le produit ou le service proposé par l’entreprise. Pour définir son client type, il faut entre autres cerner :

  • les comportements du client
  • les besoins du client
  • les problèmes auxquels le client est confronté et auxquels l’entreprise pourrait apporter une réponse
  • la tranche d’âge, la catégorie sociale et professionnelle du client, etc.

Il est aussi nécessaire de savoir si le client est étranger.

Pour pousser plus loin la démarche, il peut s’avérer utile d’imaginer des scénarios. Dans ce contexte, il s’agit de se demander dans quels types de situations le client serait amené à utiliser le produit ou le service et de quelle manière.

Définir un client type permet d’adapter sa communication pour de mieux s’adresser à lui.

Choisir un nom

Une fois le public cible et l’identité de la marque définis, la réflexion sur le nom de marque en tant que tel peut commencer. Il est primordial que le nom de marque expose l’atout de l’entreprise par rapport à ses concurrents. Il doit aussi exprimer le concept de l’entreprise, celui qui correspond au public-cible.

Dans le choix du nom de marque, il est important de recourir un mot facile à retenir. Pour cela, il est recommandé de privilégier des termes courts et de ne pas hésiter à jouer sur les sonorités. Le nom de marque doit aussi être facile à prononcer et à écrire.

Il est également conseillé de choisir un registre, toujours en fonction de ce que la marque veut promouvoir. Ainsi, le nom de marque peut s’inscrire dans un registre qui fait plus appel à l’émotionnel (pour des entreprises de loisirs par exemple). Au contraire, dans le cas d’entreprises qui offrent des produits et services techniques ou scientifiques, le registre aura tendance à être plus sérieux.

Un bon nom de marque doit aussi être efficace tant à l’échelle nationale qu’internationale, surtout dans le cas où l’entreprise serait amenée à développer son activité à l’étranger.

Pour choisir un nom de marque unique et représentatif, on peut aussi lister ce que l’on ne veut pas. Il peut s’agir de sigles, d’un nom trop générique, de chiffres, d’un nombre de syllabe trop grand… L’énumération des avantages et des inconvénients de chaque proposition de nom peut aussi aider à choisir.

Enfin, dans certains cas, il est utile que le nom puisse facilement s’intégrer à un logo.

Trouver de l’inspiration pour un nom de marque

Pour trouver de l’inspiration pour un nom de marque, on peut par exemple :

  • Utiliser des références historiques, mythologiques, géographiques, artistiques, scientifiques…,
  • Partir de l’emploi de son propre nom, ce qui permet une identification individuelle forte,
  • Former un seul mot à partir de deux,
  • Créer un mot à partir de plusieurs mots-clés qui représentent l’univers de la marque,
  • Faire des jeux de mots,
  • Utiliser des chiffres ou des caractères spéciaux,
  • Utiliser des sigles
  • Utiliser des mots étrangers,
  • Utiliser des préfixes ou des suffixes,
  • S’inspirer de la concurrence pour proposer un meilleur nom qui mette en valeur l’atout de la marque,
  • S’inspirer de la concurrence pour prendre le contre-pied et casser les codes,
  • S’inspirer d’une marque étrangère pour reprendre son concept,
  • Reprendre un nom de marque dont la protection est expirée,
  • S’inspirer des générateurs de noms de marques, etc.

Tester le nom de marque et demander des conseils

En cas d’hésitation entre plusieurs nom de marque, il est possible de mettre à profit sa communauté. La mise en place d’un sondage ou d’un concours sur les réseaux sociaux pour trouver le meilleur nom de marque est une idée intéressante. Pourquoi ne pas aussi faire appel au crowdsourcing ?

Il est aussi envisageable d’organiser deux ou trois campagnes de publicité sur les réseaux sociaux avec deux ou trois noms de marque retenus. Le nombre de clics générés servira à donner une idée du nom qui plaît le plus au consommateur et qui génère le plus d’intérêt.

Il est enfin recommandé de d’obtenir des conseils de son entourage ou de sa communauté pour vérifier que le nom retenu véhicule bien le propos recherché. Pour cela, on peut demander à ses proches à quoi le nom fait penser sans réfléchir, ce que ça leur évoque ou de choisir trois adjectifs qui leur viennent à l’esprit à sa lecture. 

Vérifier que le nom de marque est disponible et peut être déposé

Une fois que le nom est retenu, il est essentiel de s’assurer que la marque n’existe pas déjà, c’est-à-dire, qu’elle n’a pas déjà fait l’objet d’un dépôt. En effet, si une personne utilise une marque déposée, elle peut être accusée d’un délit de contrefaçon et ce, même si elle pensait sincèrement que la marque n’était pas déjà créée.

Pour déposer sa marque, il faut s’adresser à l’INPI (Institut national pour la propriété industrielle). Cet organisme se charge de la protection des marques à l’échelle française. Au moment de la demande d’un dépôt de marque, il vérifie notamment que la marque en question respecte certains critères. Il n’est en effet pas possible de déposer une marque qui comporte par exemple :

 - certains éléments trop génériques

 - certains éléments qui pourraient induire le consommateur en erreur

 - certains éléments qui portent atteinte à la dignité des personnes

 - certains éléments qui existent déjà en tant que signes officiels ou appellations d’origine.

Quelles sont les caractéristiques d’une bonne marque ?

En résumé, parmi les caractéristiques essentielles d’une bonne marque, on peut citer le fait que le mot, l’expression, le logo… :

  • soit unique
  • puisse se mémoriser aisément
  • soit facile à écrire et à prononcer
  • soit positif
  • représente des valeurs
  • représente une fonction
  • incite à entrer en relation avec le produit ou le service
  • ne se démode pas
  • soit disponible