Avant de faire affaire avec toute autre entreprise partenaire ou cliente, il convient de mener une étude de la solvabilité de cette dernière. Cela permet d’éviter de se retrouver dans des situations complexes, telles que des retards de paiement, des impayés ou des cessations de paiements qui mènent à la faillite. 

Qu’est-ce que la solvabilité ? 

On définit la solvabilité par la capacité d’un particulier ou d’une entreprise à faire face à ses dettes et à ses crédits. Une entreprise est solvable si elle possède les ressources suffisantes pour sa survie, son développement et le paiement de ses engagements financiers. Une entreprise insolvable n’a pas les moyens d’honorer ses créances et est potentiellement en situation de faillite. 

Par définition, on dit d’une entreprise qu’elle est solvable si elle détient suffisamment d’actifs pour couvrir son passif. Les actifs font référence, par exemple, aux immobilisations, aux stocks ou encore aux liquidités. Quant au passif, il s’agit, par exemple, des dettes d’exploitation, des emprunts ou encore des sommes engagées auprès des fournisseurs.

Qu’est-ce qu’une étude de solvabilité ? 

Ce sont bien souvent les institutions financières qui mènent des études de solvabilité pour attribuer aux entreprises la qualité de bon ou mauvais payeurs. Grâce à cette étude, il est possible de déterminer le niveau de risque que comporte les finances d’une entreprise. 

Avant d’accorder un crédit à une entreprise ou de faire affaire avec elle, lorsqu’il s’agit d’un partenaire, d’un fournisseur ou d’un client, il est donc indispensable de faire l’étude de sa solvabilité. On porte ainsi une attention particulière à : 

  • La “personnalité” de l’entreprise, c’est à dire la façon dont elle est gérée, les personnes qui la gèrent, leurs compétences et leurs ancienneté en tant que dirigeant, ainsi que le secteur d’activités et les risques qu’il comporte ; 
  • La capacité de remboursement de l’entreprise, à travers le calcul de ses différents ratios financiers de l’entreprise. 

Qui peut mener une étude de solvabilité ? 

Pour mesurer la solvabilité des entreprises, une grande variété d’éléments peuvent être considérés. On trouvera notamment des facteurs pertinents en consultant : 

  • Les informations légales et publiques au sujet de l’entreprise, comme la forme juridique, la date de création, etc. ;
  • Les données sectorielles ;
  • Les éléments figurant au bilan, comme le chiffre d’affaires, le résultat net, les capitaux propres, etc. ;
  • Les éléments permettant de mesurer la rentabilité, comme la marge d’exploitation, la marge nette, la croissance du capital, etc. ;
  • Le cash-flow ;
  • Les comportements de paiements et la rigueur face aux obligations fiscales, etc.

Pour mener à bien une étude de solvabilité, il faudra se rapprocher des institutions détenant les informations ci-dessus telles que les tribunaux de commerce ou les journaux d’annonces légales. 

Dans le secteur privé, les acteurs susceptibles d’accomplir cette étude sont les institutions bancaires, les agences de notation, les sociétés de renseignements ou encore les fournisseurs de bases de données d’informations légales. 

Quelles informations faut-il vérifier ? 

L’étude de solvabilité est une façon de dépeindre un portrait financier d’une entreprise. Il faut donc vérifier un certain nombre d’éléments qui sont des indicateurs de la santé actuelle et future de la société. 

Il faut donc analyser : 

  • Le capital de l’entreprise : son évolution ou ses éventuels diminutions ;
  • Les impayés auprès des institutions telles que le Trésor public, la Sécurité sociale, etc. ;
  • Les potentielles procédures collectives dont l’entreprise fait l’objet, qu’il s’agisse d’un redressement judiciaire, d’une procédure de sauvegarde ou encore d’une liquidation. 

Ces informations devront être mises en parallèle des autres facteurs qui constituent l’entreprise. Il convient donc de vérifier, par exemple, le secteur dans lequel elle évolue, si elle appartient à un groupe ou le contexte économique global de la zone dans laquelle elle est établie. 

Enfin, il est important d’évaluer la solvabilité sous différents prismes temporels, soit à court, moyen et long terme. Une entreprise peut être solvable à un moment précis et ne plus l’être plus tard, et vice-versa. 

À quelle fréquence mener une étude de solvabilité ? 

L’étude de solvabilité est le garant, pour une entreprise, de conserver sa propre santé financière. En effet, en faisant affaire avec une entreprise insolvable, c’est sa propre solvabilité qu’une société met en danger. 

Il convient donc d’être très précautionneux et d’effectuer une telle étude de façon régulière. D’ailleurs, il n’est pas exclu qu’une entreprise qui était solvable lors de la plus récente étude menée soit tout à coup insolvable suite à une période difficile.  

Il convient de mener une étude de solvabilité : 

  • quand on ajoute à son portefeuille un nouveau client ;
  • quand un changement est opéré chez un client ou fournisseur : par exemple, la nomination d’un nouveau dirigeant ou la délocalisation de l’établissement ;
  • quand une situation douteuse se présente : un ou plusieurs retards de paiements inhabituels ;
  • quand vient le temps de la publication des comptes (pour toutes les entreprises qui y sont soumises), c’est-à-dire annuellement. 

Dans certains cas, il peut même être pertinent de mandater des mises sous surveillance lorsque l’on souhaite suivre de près l’évolution de la santé financière d’une entreprise.  

Dernière mise à jour le 06/08/2020