Le plan de financement est un outil utilisé pour ajuster les prévisions financières des entreprises. Il prend généralement la forme d’un tableau. On y inclut à la fois les investissements qui sont nécessaires pour mener à bien un projet et les ressources à mobiliser pour financer ces investissements.

Que ce soit pour la création d’une entreprise ou, plus tard, pour son développement, son expansion, l’ajout de nouveaux projets… Il est important de réaliser des plans de financement ; à court terme, mais aussi sur plusieurs années.

En quoi consiste un plan de financement ?  

Dans le monde de l’entreprise, le plan de financement est un tableau qui représente les prévisions financières d’un business plan.

Il prend généralement la forme d’un tableau à deux colonnes.

  • À gauche, on liste les besoins de l’entreprise. Cela peut correspondre aux besoins pour lancer une activité ou pour développer un projet. On y inclut les besoins financiers comme les besoins humains, matériels… Il faut cependant associer aux besoins autres que financiers une estimation de leurs coûts.
  • Et dans la colonne de droite, on indique en face des besoins les ressources à mobiliser pour les financer. Une même ressource peut financer plusieurs besoins. Les ressources sont des financeurs : entités ou personnes qui apportent des financements à la société.

Dans le plan de financement, les besoins en financement sont appelés des « emplois » et les financeurs prennent le nom de ressources.

C’est pourquoi, le plan est parfois aussi appelé le « tableau d’emplois-ressources ».

À quoi sert un plan de financement ?

Le plan de financement a plusieurs buts, tous nécessaires à la bonne réalisation du financement d’un projet.

Il permet :

  • D’évaluer précisément le montant du projet,
  • D’identifier le ou les modes de financement le(s) plus approprié(s) au projet,
  • De choisir les partenaires financiers à mobiliser,
  • De connaitre le montant des participations de chacun.

Tout cela permet plus globalement d’estimer aussi la faisabilité d’un projet et son délai de mise en place puis d’accomplissement.

C’est l’élément qui permet de prouver à des financeurs ou des partenaires l’équilibre du financement de l’entreprise.

Pour quels projets réaliser un plan de financement ?

Les raisons pour qu’une entreprise nécessite des financements sont très diverses.

En premier lieu, c’est généralement pour la création d’une entreprise.

En effet, selon le secteur d’activité de la société, des équipements, du personnel, de l’immobilier… peuvent être nécessaires. Il faut alors trouver des fonds pour pouvoir démarrer l’activité.

Puis, dans le cas d’entreprises qui sont déjà établies, des financements peuvent aussi être nécessaires pour des projets de développement, d’expansion… ou bien lorsqu’elles rencontrent des problèmes financiers, par exemple.

Les sommes collectées peuvent alors servir à des projets très divers tels que :

  • Le rachat d’autres sociétés,
  • L'expansion géographique de l’entreprise,
  • Le désir de diversification,
  • Des investissements productifs pour de nouveaux produits ou services,
  • Des investissements productifs pour réduire les coûts ou améliorer le rendement,
  • La nécessité de couvrir les fonds de roulement, les pertes…

Une fois que le projet est défini, le plan de financement est à réaliser pour identifier le ou les mode(s) de financement à choisir. Et à la suite de cette étape, le plan est réajusté en fonction des financeurs.

Dans le cas d’un emprunt par exemple, il faudra montrer dans le plan les intérêts de l’emprunt à rembourser pour tous les exercices comptables où il sera applicable.

De même, si le plan prévoit des investissements directs au capital, il devra alors aussi présenter les taux de rentabilité en adéquation avec les attentes des investisseurs.

Le plan de financement est donc un élément incontournable des prévisions financières et du business plan, qui doit être réalisé quel que soit le moyen de financement du projet choisi :

  • Apports personnels,
  • Love money,
  • Aides,
  • Concours,
  • Emprunts,
  • Prêt d’honneur,
  • Prises de participation,
  • Crowdfunding,
  • Crowdlending,
  • Business angels,
  • Capital risque,
  • Affacturage,
  • Comptes courants d’associés…

Comment réaliser un plan de financement ?

Pour réaliser au mieux un plan de financement, il faut en réalité en faire deux. Du moins, c’est ce qu’il est courant de faire pour la création d’entreprise ou dans le cas d’un investissement important.

On distingue donc ici le plan de financement initial et le plan de financement à trois ans.

Le plan initial

C’est grâce à ce tableau qu’il est possible de quantifier le besoin de financement initial et d’identifier rapidement la nature des principaux postes de dépenses. On y associe alors le financement adapté en fonction du besoin : si c’est un besoin permanent ou si c’est un besoin en fonds de roulement.

Dans la colonne de gauche, on range les ressources au sein des catégories suivantes :

  • Capital social,
  • Comptes courants d’associés,
  • Subventions,
  • Emprunts bancaires,
  • Délais fournisseurs, …

Et à droite, dans les emplois, on range les besoins au sein de ces catégories :

  • Investissements (aussi appelés les immobilisations),
  • Stocks,
  • Tva,
  • Autres dépenses,
  • Trésorerie.

La règle à respecter pour qu’un financement soit viable est que les ressources doivent toujours être en corrélation avec les emplois.

En effet, il ne suffit pas que la somme des ressources soit égale ou supérieure à la somme des emplois. Les actifs de long terme doivent aussi être financés par des ressources de long terme.

Le plan sur 3 ans

Le tableau d’un plan de financement sur trois ans est sensiblement différent de l’initial.

Le but n’est plus ici de quantifier les besoins mais plutôt de démontrer que les financements suffiront à assurer la stabilité financière de l’entreprise pour les 3 années à venir.

Cela permet ainsi d’anticiper tout risque de déficit de financement interne et d’y palier via un financement externe.

Ce plan s’appuie sur la notion de la capacité d’autofinancement des entreprises : le flux de trésorerie qu’une société peut en théorie encaisser.

Ce tableau est donc plus détaillé que le celui du plan initial, puisqu’au sein des ressources et des emplois, on détaille les postes de dépenses et de financement par année (année 1, année 2, année 3).

Ici, ce qui est important est donc que les totaux par années s’équivalent.

Cela ne sert à rien que le total en fin d’année trois soit égal si pour l’année 1 les emplois sont bien supérieurs aux ressources puisque l’entreprise ne pourra alors pas subvenir à ses besoins.

Parmi les catégories du tableau, on peut reprendre les mêmes que pour le plan initial mais il est plus courant de les ajuster à la mise en activité de l’entreprise. On retrouve ainsi dans les besoins :

  • Les investissements,
  • La variation du besoin en fonds de roulement,
  • Les remboursements d’emprunts,
  • Les dividendes.

Et dans les ressources :

  • La capacité d’autofinancement,
  • L’augmentation de capital,
  • Les éventuels nouveaux emprunts, s'ils sont nécessaires.

Dernière mise à jour le 14/12/2020