Chaque auto-entrepreneur est différent et possède une situation professionnelle et personnelle unique. Pour accompagner au mieux les indépendants entrepreneurs dans l’exercice de leur activité, des aides spécifiques existent. 

Certaines de ces aides concernent le lieu d’implantation de l’auto-entreprise. D’autres se concentrent sur les demandes de financement indispensables à la créations des entreprises. Et enfin, certaines de ces aides se dirigent vers un public plus ciblé d’auto-entrepreneurs. Mais leur but est toujours le même : aider au mieux les auto-entrepreneurs. 

Auto-entrepreneurs : les prêts et crédits 

Créer ou reprendre une entreprise demande un grand investissement personnel mais aussi financier. Un prêt est alors souvent nécessaire pour lancer l’auto-entreprise. 

Les micro-crédits

Il s’agit de crédits accordés aux professionnels n’arrivant pas à en obtenir de leurs banque. 

Ces prêts concernent les nouveaux créateurs d’entreprises ou les créateurs de sociétés de moins de cinq ans. 

En principe ces prêts sont inférieurs à 10 000 euros. Ils peuvent s’obtenir très rapidement. En revanche, leur durée de remboursement est relativement courte avec des taux d’intérêt parfois élevés. 

Par sécurité, l’organisme prêteur impose généralement à l’auto-entrepreneur d’avoir un garant assurant la moitié du crédit. Donc si le micro crédit est de 7000 euros, le garant doit pouvoir rembourser, 3500 euros. 

Evidemment le demandeur du micro-crédit doit pouvoir justifier la nécessité d’emprunter cette somme. 

Prêt d’honneur initiative france

Initiative France propose un prêt d’honneur à taux zéro aux auto-entrepreneurs. Cette solution est idéale pour les indépendants en demande de financement car aucun garant n’est attendu. 

Pour en faire la demande, le demandeur doit exposer son projet devant un comité d’experts de l’entrepreneuriat. Il n’y a pas de montant maximal mais ce prêt concerne les petits montant avec une moyenne de 10 000 euros. 

Auto-entrepreneurs : les aides géographiques 

Certaines aides dépendent directement du lieu d’implantation de l’auto-entreprise. Des aides ne concernent que certaines communes ou régions. Il est donc important de toujours bien se renseigner aux aides auxquelles vous pouvez prétendre en tant qu’auto-entrepreneur. 

Exonération d’impôt sur les bénéfices des entreprises nouvelles

Les nouvelles entreprises créées dans des zones prioritaires bénéficient d’aides particulières. L’exonération d’impôts en fait partie. 

L’entreprise doit obligatoirement être créée avant la fin de l’année 2020 (31 décembre) pour accéder à cette offre.

Aussi, les entrepreneurs concernés doivent avoir créé cette entreprise dans une zone AFR : aide à finalité régionale. 

Les entreprises concernées sont exonérées d’impôts en totalité pendant les deux premières années. Ensuite le pourcentage d’abattement évolue années après années. Il est de 75 % la troisième année, 50 % la quatrième et 25 % la cinquième. 

Cette exonération n’est pas compatible avec l’aide réservée aux entreprises implantées en zone franche urbaine (ZFU). Un choix doit se faire entre ces deux aides. 

Dispositifs fiscaux zonés

Deux autres zones permettent d’obtenir l’exonération d’impôts en fonction du lieu de création de l’entreprise. Il s’agit des zones franches urbaines (ZFU) et des bassin d’emploi à redynamiser (BER). 

Mais attention, cette exonération peut être accordée seulement si l’auto-entrepreneur n’a pas choisi le versement fiscal libératoire

Les aides publiques régionales

Chaque région dispose des ses propres aides. Certaines sont plus aidantes envers les auto-entrepreneurs que d’autres. 

Le site web aides-entreprises propose un moteur de recherche dédié au recensement des aides régionale destinées aux créateurs d’entreprises. En fonction du besoin et de la localisation, toutes les aides applicables apparaissent. 

Auto-entrepreneurs : les aides ciblées 

Ces aides concernent des catégories définies d’auto-entrepreneurs. 

Subvention de l’Agepiph pour les demandeurs d’emploi handicapés

Cette aide concerne les personnes handicapées créant ou reprenant une entreprise. Mais une condition est nécessaire pour pouvoir bénéficier de l’aide : être demandeur d’emploi. 

L’Agepiph propose un accompagnement ainsi qu’une aide financière de départ d’un montant de 6 000 euros. Mais attention, le bénéficiaire de cette subvention devra la rembourser si la durée de vie de son entreprise est inférieure à douze mois consécutifs soit une année entière. 

Garantie égalité femmes pour les femmes entrepreneuses 

La garantie EGALITE femmes proposée par France Active permet aux femmes entrepreneuses d’accéder à des prêts bancaires pour la création ou la reprise d’une entreprise. 

Cette aide s’adresse aux femmes en situation de précarité. Elle permet d’obtenir une garantie de 80 % du montant total du prêt maximum (celui ci pouvant aller jusqu’à 50 000 euros). 

Autres organismes d’aide aux auto-entrepreneurs 

Pour finir, d’autres organismes offrent différents types d’aides pour répondre aux questions des créateurs ou repreneurs d’entreprise et les accompagner dans leurs formalités :