Services btob strictement réservés aux entreprises et professionnels
Pub TV cliquez ici
0805 080 515 appel gratuit

NextMind lance son kit de développement de son interface neuronale

Publié le 09/12/2020 à 16h12 par Claudie Caire

La start-up NextMind lance sur le marché son kit de développement de son interface neuronale pour le prix de 399 $. Les gamers se réjouiront de cette avancé

NextMind lance son kit de développement de son interface neuronale

NextMind, une start-up prometteuse 

Cette start-up française au slogan optimiste, WHAT YOU THINK IS WHAT YOU DO, a été créée en 2017. Le fondateur de NextMind, Sid Kouider, ne cesse de nous impressionner. En effet, il semblerait que cette année lui sourit puisque sa start-up avait déjà été force de persuasion en gagnant le prix Best Innovation Award au CES 2020. 

Elle avait alors prouvé la puissance que pourrait avoir son dispositif à l’avenir et la place prépondérante qu’il pourrait prendre dans la vie des gamers.

En quoi consiste cette interface cerveau-machine ?

Il s’agit d’une nouvelle génération de casques VR. Manettes, joysticks et autres n’ont qu’à bien se tenir. Dorénavant, les gamers n’auront qu’à penser pour que le jeu agisse. Comme son slogan l’indique, le principe de ce kit est simple. Il s’agit d’un dispositif neuronal non invasif qui détecte les ondes du cerveau. Il est composé de huit électrodes type électroencéphalographe qui captent les signaux du cerveau du joueur. L’objectif est que le joueur n’ait qu’à penser pour que l’action se réalise à travers le jeu vidéo.

Exemple : si le joueur souhaite grimper sur cette grosse caisse en bois, il lui suffira d’y penser très fort. S’il souhaite tuer un méchant, il devra y penser très fort. S’il souhaite marquer un but en effectuant un incroyable retourné à la Cristiano Ronaldo, il lui suffit d’y penser très fort également. 

Dans la pratique, ce n’est pas aussi développé. En effet, le système ne lit pas littéralement dans les pensées du gamer. La méthode est à ce jour différente : il faut regarder avec insistance un symbole ou une figure qui se trouve à l’écran et connu du public. Le bandeau présent sur la tête du gamer va alors décoder l’image directement dans son cerveau et la transformer en commande. On effectue donc l’ensemble des commandes avec la pensée.

Aujourd’hui, le kit et l’interface ne fonctionnent qu’avec quelques jeux vraiment très simples. Ceux-ci permettent alors aux gamers de s’habituer et de dompter cette nouvelle technologie. Il y a, en grande majorité, des commandes comme « monter ou baisser le volume sonore » ou bien « passer au mode suivant ». 

Ce lancement est plus que prometteur puisque le nombre de gamers a explosé ces dernières années. Le nombre de prospects NextMind aussi, de facto. 

Que peut-on trouver dans le kit ?

Le kit vendu depuis peu est au prix de 399 $. Il contient :

  • un capteur NextMind,
  • le capteur cérébral qui se porte avec un bandeau réglable ou système de machine learning,
  • le moteur NextMind,
  • un plugin utile pour Unity, 
  • des tutoriels conséquents qui expliquent la manière dont fonctionne le kit,
  • plusieurs applications (actuellement au nombre de cinq) et des jeux de démonstration qui servent d’entraînement,
  • des modèles préétablis de construction de code.

Que les gamers se tiennent prêts ! Ils peuvent dès à présent faire leurs adieux à leurs manettes, souris, claviers et joysticks. 

Une technologie révolutionnaire 

Une interface en constante évolution 

Cela peut être assimilé à de la magie ou à de la sorcellerie mais le système a fait ses preuves. Seulement, au cours du concours Best Innovation Award au CES 2020, qui s’est, de ce fait, tenu il n’y a pas très longtemps, certains ingénieurs et experts ont pu s’apercevoir que la technologie n’était pas encore parfaite. Et pour cause, quelle difficulté que de formuler et réaliser une action par la pensée ! 

Cependant, le dirigeant conforte ses premiers acheteurs en affirmant que des mises à jour régulières seront envoyées. Celles-ci amélioreront les algorithmes d’apprentissage machine du moteur NextMind. 

« Nous allons pouvoir mettre à jour les algorithmes toutes les quelques semaines pour qu’ils soient encore plus rapides et plus robustes », a déclaré M. Kouider. « Le matériel – nous ne pourrons pas l’échanger, mais les algorithmes vont vraiment s’améliorer »

Alors si NextMind lance son kit de développement de son interface neuronale dès à présent, elle souhaite l’améliorer le plus souvent possible dans les mois, voire années à venir.

Les projets d’avenir de la start-up

Devant ses succès fulgurants, la start-up française ne souhaite pas s’arrêter là. 

Grâce à cette nouvelle technologie réservée à ce jour à un public de gamers et développeurs, la start-up fait face à de nombreuses demandes de partenariats. Alors, il est prévu dans un avenir proche que NextMind s’associe à de grosses entreprises de secteurs distincts. Elle aurait déjà signé trois contrats et elle serait en pourparler avec une vingtaine d’entreprises. De plus, NextMind serait sur le point de faire une levée de fonds importante, début 2021, lui permettant ainsi de développer davantage ses technologies et de recruter massivement. 

D’un autre côté, M. Kouider envisage également une deuxième piste concernant le secteur du décodage de l’imagination visuelle. Cette idée, qu’il a évoquée rapidement l’année passée, nécessiterait alors le même matériel mais des logiciels et algorithmes différents. Ce projet n’a pas encore été rendu public et reste confidentiel, toutefois, on ne peut que s’imaginer de très grandes choses à partir d’une technologie aussi futuriste.

Services Infonet disponibles

La vidéo du moment

Campagne TV nationale

Diffusée sur les chaînes suivantes :

TF1 - M6 - TMC - W9 - 6ter - BFMTV
Cliquez ici pour voir la pub

Les avis clients Infonet

Avis vérifiés Basé sur %reviewstotal% avis
Excellent
Très bien
Bien

La gestion des avis clients par Avis Vérifiés de Infonet.fr est certifiée conforme à la norme NF ISO 20488 "avis en ligne" et au référenciel de certification NF 522 V2 par AFNOR Certification depuis le 28 mars 2014. En savoir plus