Convaincre un investisseur de vous suivre dans votre projet est un processus délicat, qui prend du temps. Telle une recette de cuisine raffinée, un certain nombre d’ingrédients devront être présents afin d’éviter les échecs. Découvrez dès à présent 7 conseils qui vous permettront de maximiser vos chances de réussite !

N°1 : Convaincre un investisseur en préparant un business plan aux petits oignons 

Le business plan, c’est LA carte de visite de votre concept ! À la manière d’un menu de restaurant alléchant, il doit permettre d’accrocher votre audience, en l’occurrence, vos éventuels futurs investisseurs. Indispensable à la compréhension de votre projet par ces derniers, mieux vaut donc le concocter avec la plus grande des clartés. Sans oublier la concision pour éviter tout risque d’indigestion. 

Plus concrètement, cet outil de communication doit contenir tous les éléments témoignant de la solidité du projet et de son potentiel financier. Il doit apporter la preuve que vous maîtrisez votre marché et votre métier ! 

Plusieurs points doivent ainsi impérativement y être détaillés, tels que :

  • Qu’est-ce que vous vendez et comment ?
  • Qui sont vos clients ?
  • Quelles sont les forces et les opportunités de votre compagnie ?
  • Quels sont ses risques et ses faiblesses ?
  • Une étude de votre marché.
  • Un plan financier justifiant les fonds dont vous avez besoin.
  • Etc.

En outre, le business plan devra être introduit par un executive summary, soit un résumé de votre dossier, constitué d’une page. Enfin, veillez à bien le compléter par des tableaux financiers, comme votre plan de trésorerie, vos frais fixes, etc.

À noter : 

Pour approfondir le sujet, découvrez notre guide sur le business plan.

N°2 : Convaincre un investisseur en concoctant un pitch d’entreprise qui donne l’eau à la bouche 

Pitcher son entreprise, c’est comme cuisiner un plat : si vous n’y mettez pas les bons ingrédients, ou si vous les ajoutez dans le désordre, vous aurez peu de chance d’obtenir le résultat escompté. 

Le pitch est un instant déterminant qui vous permet de présenter votre projet face à vos éventuels futurs investisseurs, en quelques minutes. Son but ? Convaincre de votre potentiel et obtenir des fonds !

S’il est conseillé de rester vous-même, pas question de ne pas se préparer à cet exercice de haute voltige. Sinon, gare à la chute ! On oublie donc l’improvisation, on remonte ses manches, on élabore son discours et on s’entraîne. Votre pitch doit être concis, clair, percutant, accrocheur, rythmé… Bref, il ne faut en aucun cas laisser l’espace à votre auditoire pour décrocher. 

Outre le fond, ne négligez pas la forme. Misez par exemple sur le storytelling, tout en allant à l’essentiel (votre proposition de valeur et votre stratégie de mise en œuvre). Exercez-vous à l’oral encore et encore, face à vos proches et collaborateurs. Demandez leur avis sur votre présentation et mettez à profit les critiques pour améliorer votre discours. Appuyez-vous, si vous le souhaitez, sur un PowerPoint léché qui permet de comprendre vos principaux axes d’un seul coup d’œil. Ordonnez votre texte en prenant bien soin de commencer avec une phrase d’accroche saisissante, telle qu’une question. Enfin, évitez les éléments de langage trop techniques (et, s’ils sont inévitables, expliquez-les).

Pitch de présentation du projet pour convaincre les investisseurs

N°3 : Pour convaincre un investisseur, n’annoncez pas un menu 5 étoiles si n’est pas le cas

Il pourrait être tentant, afin d’attirer et de convaincre un investisseur, d’arranger quelque peu votre situation. Par exemple, en annonçant des chiffres plus élevés ou en mettant en avant des contrats pas encore finalisés. N’en faites rien. 

En présentant comme acquis ce qui ne l’est pas (encore), vous ne vous rendez pas service. 

En effet : convaincre des entrepreneurs et/ou investisseurs de vous suivre est un long processus, pouvant s’étaler sur plusieurs mois. Si vous avez avancé des chiffres gonflés à court terme, lors des échanges préliminaires ou de la due diligence, la supercherie sera vite démasquée. Vous pourrez alors être certain de voir les investisseurs se ruer vers la sortie. 

N°4 : Soyez un cuisinier stratège en conservant certains ingrédients secrets pour la fin

Gardez secrets des arguments convaincants que vous pourrez utiliser plus tard, au cours du processus. Par exemple, si vous êtes sur le point de signer un contrat majeur avec un client important, ne le mentionnez pas trop tôt. Attendez d’avoir en main la signature bien effective avant de l’annoncer aux investisseurs. 

D’abord parce qu’en cas d’échec de dernier instant, cela ne vous pénalisera pas. 

Mais surtout parce que si tout se passe comme prévu, vous aurez une carte de plus à jouer sur la table, et pas des moindres ! Une entreprise qui, au cours de son parcours pour trouver des investisseurs, apporte de bonnes nouvelles comme celle-ci, maximisera ses chances d’obtenir les fonds recherchés. 

Voyez cela un peu comme la cerise sur le gâteau de vos négociations

N° 5 : Partager aux autres votre projet pour susciter l’adhésion

Créez-vous une communauté ! Par cela, comprendre : conquérir un ensemble de potentiels clients en testant votre offre auprès du grand public. 

Médias sociaux, crowdfunding, salons et autres évènements… Les options sont nombreuses pour se lancer. Vous serez plus à même de convaincre les investisseurs du fort potentiel de votre projet, tout en générant un intérêt croissant pour votre produit et en faisant grandir votre communauté.

Cela vous permettra de leur fournir la preuve tangible de votre réussite prochaine. 

En outre, en diffusant votre concept de cette manière, vous aurez également plus de chance de rencontrer des personnes disposant d’un carnet d’adresses et d’un réseau susceptible de contenir des investisseurs intéressés. 

Entrepreneur faisant part de son projet lors d'un salon en vue de convaincre les investisseurs

N°6 : Convaincre un investisseur en ajoutant un lead à votre recette

Difficile de se passer d’un lead, soit d’un investisseur leader, dans une levée de fonds. Ici, le terme « lead » désigne l’investisseur qui va prendre la main dans les négociations de l’investissement. C’est la personne qui investira la somme la plus importante dans le tour de table en cours. 

Il faut savoir que, sans sa présence, la levée de fonds ne pourra pas se faire. En effet, elle aura pour rôle d’aller au fond des choses et de vérifier chacune des affirmations de votre pitch. Or c’est là une chose essentielle, que les autres investisseurs, bien que convaincus par votre projet, n’auront pas le temps de faire. En outre, c’est le lead qui négociera le montant final de la levée et qui s’investira dans les discussions sur les clauses du pacte d’actionnaire

En conséquence, sans lead, il y a très peu de chance pour que le tour de table se concrétise. 

Mieux vaut donc trouver un investisseur influent dans votre domaine qui apportera, au-delà de l’aspect financier, une réelle valeur ajoutée à votre projet !

N°7 : Accepter les commentaires qui pourraient rehausser votre menu

Aussi brillant que soit votre projet, vous devrez probablement le pitcher plus d’une fois, et que vous essuyiez des commentaires négatifs, voire parfois dévastateurs. Ne vous laissez pas pour autant abattre. Oui, vous allez peut-être devoir retravailler votre présentation. Oui, cela va vous demander du temps et des efforts supplémentaires. Mais ces commentaires peuvent se révéler être une chance de voir votre projet sous un autre angle et ainsi d’y découvrir des failles que vous n’auriez pas vues auparavant. 

Utilisez à votre avantage les commentaires constructifs et ignorez les autres. 

Vous gagnerez en force et en efficience lors de vos prochaines présentations !