Le terme de PME est utilisé pour désigner les petites et moyennes entreprises. Ce sont des entreprises qui ont moins de 250 salariés et dont le chiffre d’affaires n’excède pas les 250 millions d’euros annuels. La catégorie des petites et moyennes entreprises se divise en deux sous-catégories : les petites entreprises et les moyennes entreprises.

PME : définition

PME signifie « petite et moyenne entreprise ». Parfois, on peut aussi trouver le terme de PMI, pour « petite et moyenne industrie ». Comme son nom l’indique, ce terme désigne les petites et moyennes entreprises du secteur de l’industrie. Pour savoir si une entreprise entre dans la catégorie des PME, il faut s’intéresser à son chiffre d’affaires et à sa taille.

Ainsi, deux critères définissent une petite entreprise :

  •  le fait de posséder entre 10 et 50 salariés
  •  et d’avoir un chiffre d’affaires annuel inférieur à 10 millions d’euros

En revanche, les moyennes entreprises ont :

  •  entre 51 et 250 salariés
  •  un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros
  •  un bilan annuel total inférieur à 43 millions d’euros

On considère donc qu’une entreprise qui a plus de 250 salariés entre dans la catégorie des grandes entreprises (GE). Au contraire, quand une entreprise a un chiffre d’affaires inférieur à deux millions d’euros moins de dix salariés, on parle de très petite entreprise, ou TPE.

Les secteurs qui comptent le plus de petites et moyennes entreprises sont les suivants :

  •  l’industrie
  •  le commerce
  •  la construction
  •  les transports
  •  l’hébergement
  •  les activités techniques
  •  la restauration
  •  les activités scientifiques
  •  l’administration

PME : avantages

À la différence des grands groupes, les PME ont un effectif réduit. Cela leur procure un avantage certain. En effet, ce sont des entités bien plus simples à gérer. Elles sont aussi généralement plus réactives et plus flexibles. Par conséquent, elles disposent d’une bonne capacité d’adaptation. En somme, les PME sont des entreprises assez compétitives.

Bien souvent, les petites et moyennes entreprises se spécialisent dans un savoir ou une compétence particulière. Elles savent donc se rendre indispensables pour les grandes entreprises. Il n’est effectivement pas rare que les PME collaborent avec ces dernières en qualité de sous-traitants.

Finalement, les PME ont la possibilité de bénéficier de plus de soutien que les grands groupes. Il existe en effet de nombreuses aides à destination des petites et moyennes entreprises.

PME, TPE : différences

Si PME désigne les « petites et moyennes entreprises », le terme de TPE désigne quant à lui les « très petites entreprises ». On distingue les PME des TPE selon deux critères : le chiffre d’affaires et le nombre de salariés.

Comme nous l’avons vu, une PME possède entre 11 et 250 salariés. Les TPE, en revanche, possèdent un total de dix employés maximum.

Par ailleurs, pour qu’une entreprise entre dans la catégorie des PME, elle doit avoir un chiffre d’affaires qui n’excède pas les 50 millions d’euros annuels (10 millions d’euros pour les petites entreprises). Les TPE, au contraire, ont un chiffre d’affaire qui ne dépasse pas les deux millions d’euros annuels.

La majorité des entreprises françaises sont des TPE. Bien qu’elles puissent être des personnes morales, la plupart d’entre elles sont des entreprises individuelles.