Le permis vacances travail aussi appelé PVT ou visa working holiday est un visa permettant à un public précis de découvrir un pays étranger tout en travaillant. 

Qu’est-ce qu’un PVT ? 

Le permis vacances travail (PVT) est un visa d’une durée supérieure à la normale qui est de trois mois en moyenne pour un visa touristique, par exemple. Il offre ainsi la possibilité à son détenteur de séjourner dans un pays tout en y travaillant.  

Son objectif est donc de permettre aux voyageurs d’accéder à un auto-financement de leur séjour. 

À qui s’adresse le PVT ?

Ce visa n’est pas accessible à tout le monde. Souvent réservé à un public relativement jeune (moins de trente ans), certains pays ont étendu cette restriction d’âge en la repoussant jusqu’à 35 ans révolus.  

Certains pays mettent aussi à disposition un nombre limité de PVT. Ces quotas permettent alors de réguler le nombre d’entrées dans le pays en fonction des demandes. 

Enfin quelques pays demandent une contrepartie financière pour la délivrance du visa. Ces derniers représentent toutefois une minorité. 

À noter : Il est généralement d’une durée de 1 an mais certains pays permettent de le renouveler. C’est par exemple le cas pour l’Australie qui offre deux années supplémentaires en échange d’un nombre de jours obligatoires de travail dans les fermes du pays. 

Comment obtenir un PVT ? 

Le PVT s’obtient comme tout visa, auprès de l’ambassade ou du consulat du pays choisi. Généralement, les formalités préalables peuvent s’effectuer à distance mais il est souvent nécessaire de se déplacer en personne pour récupérer le visa final. Le PVT prend la forme d’un visa à entrées multiples. 

Une assurance est toujours demandée pour obtenir un PVT. Elle couvre les PVtistes durant durant la totalité de leur séjour. Si leur prix peut paraître excessif, il faut noter que la plupart des pays concernés par le PVT ne possèdent pas de système de santé public gratuit. Les frais de soins et/ou d’hospitalisation peuvent alors être exorbitants. L’assurance permet donc de voyager l’esprit tranquille. 

De nombreux pays demandent aussi un justificatif de retour. Dans les pays les plus stricts, il s’agira du billet de retour montrant que son possesseur quitte le territoire à la date prévue. Le choix du moyen de transport reste quant à lui libre. Il peut être terrestre, aérien ou maritime. D’autres se contentent d’une déclaration sur l’honneur attestant du projet de retour. 

Quels pays offrent des permis vacances travail ? 

Les PVT sont généralement le fruit d’accords bilatéraux conclus entre deux pays. C’est à dire que si un pays décide d’ouvrir un programme de visa vacances travail à un autre pays, l’accord est généralement réciproque. Il en est de même pour les conditions imposées. 

Parmi les pays offrant la possibilité d’obtenir un PVT, on en retrouve 15 ouverts aux français à ce jour. Il est à noter que les critères d’acceptation dépendent de la nationalité de la personne à l’origine de la demande. 

Liste des pays offrant des permis vacances travail aux français : 

  • Argentine : 
    • jusqu’à 35 ans
    • justification de fonds à hauteur de 2500 euros
    • quota de 1000 places 
  • Australie : 
    • jusqu’à 35 ans
    • justification de fonds à hauteur de 3130 euros environ 
    • nombre de places illimité
  • Brésil : 
    • jusqu’à 30 ans 
    • justification de fonds à hauteur de 2500 euros
    • quota de 500 places 
  • Canada : 
    • jusqu’à 35 ans
    • justification de fonds à hauteur de 2100 euros 
    • quotas différents chaque année
    • obtention du visa par tirage au sort 
  • Chili : 
    • jusqu’à 30 ans
    • justification de fonds à hauteur de 2500 euros 
    • quota de 400 places
    • frais d’obtention du visa : 115 euros 
  • Colombie : 
    • jusqu’à 30 ans 
    • justification de fonds à hauteur de 1300 euros
    • quota de 400 places
  • Corée du Sud : 
    • jusqu’à 30 ans
    • justification de fonds à hauteur de 2500 euros
    • quota de 2000 places
  • Hong Kong : 
    • jusqu’à 30 ans
    • justification de fonds à hauteur de 2500 euros environ  
    • quota de 750 places
    • frais d’obtention du visa : une centaine d’euros 
  • Japon : 
    • jusqu’à 30 ans
    • justification de fonds à hauteur de 3100 euros
    • quota 1500 places 
  • Mexique : 
    • jusqu’à la veille des 31 ans
    • justification de fonds à hauteur de 2500 euros
    • quota de 300 places
    • frais d’obtention du visa : une trentaine d’euros 
  • Nouvelle-Zélande : 
    • jusqu’à 30 ans 
    • justification de fonds à hauteur de 2500 euros environ  
    • places illimitées 
  • Pérou : pour l’instant pas d’informations car ce PVT n’a pas encore officiellement été mis en place 
  • Russie : 
    • jusqu’à 30 ans
    • pas d’obligation de fonds
    • quota de 500 places
  • Taiwan : 
    • jusqu’à 30 ans
    • justification de fonds à hauteur de 2100 euros
    • quota de 500 places
    • frais d’obtention du visa : 86 euros 
  • Uruguay : 
    • jusqu’à 30 ans
    • justification de fonds à hauteur de 2500 euros
    • quota de 300 places
    • frais d’obtention du visa : environ 60 euros 

Dernière mise à jour le 16/11/2020