Le business plan, ou plan d’affaires, est un outil très important pour l’entrepreneur, notamment pour prouver la viabilité de son projet et pour communiquer et convaincre des partenaires et financeurs potentiels (banques, investisseurs…). En d’autres termes, le business plan repose sur le modèle économique de l’entrepreneur. Ce dernier le décline opérationnellement et financièrement.

Le business plan, quèsaco ?

Le business plan, aussi appelé plan d’affaires, expose le modèle économique du créateur d’entreprise, financièrement et opérationnellement. Autrement dit, il présente la manière dont l’entreprise génère ou générera une certaine rentabilité. Il s’agit d’une représentation cohérente des moyens qui permettent de soutirer des revenus d’une activité.

De ce fait, la construction du plan d’affaires est précédée par une étude de marché. Cette dernière servira à déterminer comment la future entreprise apportera de la valeur et générera des revenus.

Pourquoi concevoir un business plan ?

À ce jour, aucun texte de loi n’exige que le plan d’affaires soit obligatoire. Ainsi, un micro-entrepreneur est libre d’en faire un ou non. Cependant, ce document peut être très utile. Il permet en effet de créer son entreprise en s’assurant de la rentabilité du projet et en prédisant le montant des revenus que l’activité apportera. Il aide alors à créer son entreprise en veillant à construire le plan du projet tout en vérifiant qu’il est réalisable. 

De plus, le créateur d’entreprise peut avoir besoin de partenaires pendant son parcours, tels qu’un associé, un investisseur, une banque… Il sera alors indispensable d’élaborer un business plan puisqu’il donnera l’occasion aux partenaires de prendre connaissance du projet et de le comprendre. C’est notamment le cas si un financement est prévu puisque les établissements de crédit requièrent généralement un business plan au micro-entrepreneur pour statuer sur une demande de prêt bancaire. 

Quelles raisons conduisent un micro-entrepreneur à réaliser un business plan ?

De manière générale, le business plan est une démarche que les micro-entrepreneurs ont tendance à délaisser. Peu d’entre eux prennent, en effet, le temps de définir un plan d’affaires avant de créer leur entreprise. Pourtant, nous l’avons vu, sa réalisation facilite la création d’un projet entrepreneurial. Voici les raisons qui conduisent les auto-entrepreneurs à le construire.  

Vérifier la rentabilité du projet d’entreprise

La micro-entreprise est un régime fiscal particulier et simplifié. Il présente également des spécificités dans le domaine social. Par exemple, les cotisations sociales et les impôts sont calculés sur un chiffre d’affaires brut et non sur un résultat. 

Néanmoins, les micro-entrepreneurs ont tendance à analyser seulement le montant des recettes encaissées ou celui du résultat « fiscal ». En d’autres termes, ces derniers se focalisent sur le chiffre d’affaires net d’abattement. Cependant, la rentabilité ne se calcule pas de cette manière. Il faut effectivement tenir compte de l’ensemble des charges que l’entreprise supporte réellement, mais également de ses investissements

À ce stade, il faudra être capable de répondre à la question suivante : mon activité sera-t-elle rentable ? En ce sens, le business plan représente un outil d’aide à la décision puisqu’il sera décisif pour que l’entrepreneur continue ou renonce à un projet, selon sa rentabilité.

Mesurer les revenus générés par l’entreprise

Ensuite, le business plan permet au micro-entrepreneur d’évaluer les revenus qu’il pourra soutirer de son activité. Le résultat reste toutefois une information théorique. 

La rémunération que peut percevoir un micro-entrepreneur dépendra des sommes d’argent présentes sur le compte de l’entreprise. Les délais de paiement constituent donc des paramètres importants. En effet, les dates auxquelles les clients règlent l’entreprise et celles auxquelles l’entreprise paient ses fournisseurs ont une importance fondamentale.

De ce fait, il est indispensable de définir un budget de trésorerie pour calculer les revenus potentiels. Il s’agit d’un tableau prévisionnel qui comporte les encaissements et les décaissements :

  • Les encaissements comprennent notamment les recettes, les aides et les subventions. De surcroît, les déblocages de prêt et les remboursements de crédit de TVA doivent aussi y être mentionnés ;
  • Les décaissements comprennent les frais généraux de l’entreprise, la TVA à verser, les salaires et charges sociales, les impôts ainsi que les prélèvements de l’exploitant (rémunération du micro-entrepreneur). 

À noter : le solde final de trésorerie doit être impérativement positif.

Valider l’intérêt du régime micro (BNC ou BIC)

Pour finir, le plan d’affaires permet de valider l’intérêt de l’option pour le régime micro (micro-BIC ou micro-BNC). Tous deux disposent de conséquences fiscales non négligeables :

  • Le régime BIC, Bénéfices Industriels et Commerciaux, s’applique pour les entrepreneurs qui exercent une activité commerciale, industrielle ou artisanale. Le plafond de chiffre d’affaires est fixé à 176 200 € HT pour les BIC de ventes de marchandises, restauration, hébergement… Cependant, il est de 72 600 € HT pour les BIC de prestations de services commerciaux ;
  • Le régime BNC, Bénéfices Non Commerciaux, est imposable aux entrepreneurs qui exercent une activité libérale (activités de conseil, consulting et professions intellectuelles) ou d’agent commercial. Le plafond de chiffre d’affaires de ce régime est fixé à 72 600 € HT.

Le plan d’affaires offre donc une visibilité plus claire sur la différence entre les deux régimes. Du côté fiscal, la démarche est similaire. La simulation d’impôt sur le revenu (IRPP) peut se réaliser en ligne, directement sur le site impots.gouv.fr.

business plan

Que contient un business plan ?

Le business plan se réalise par écrit. C’est un document qui présente le but du projet et atteste de sa viabilité et de sa réalisation. Il comprend deux parties, étroitement liées :

  1. Une présentation du projet et du modèle économique ;
  2. Une étude financière prévisionnelle du projet.

Step 1 : Présenter le projet de création d’entreprise et la stratégie

En premier lieu, le business plan révèle une présentation du projet de création d’entreprise et explique la mise en œuvre du modèle économique. Les éléments à retrouver sont les suivants :

  • Le résumé du projet (présentation succincte et précise) ;
  • L’équipe projet ;
  • Le modèle économique ;
  • Le plan d’action ;
  • Et les modalités juridiques et financières du projet.

Step 2 : Réaliser l’étude financière du projet de création d’entreprise

En second lieu, le plan d’affaires présente l’étude financière du projet, aussi appelée le prévisionnel financier. Plusieurs tableaux permettront au créateur d’entreprise d’analyser financièrement son projet :

  • Un compte de résultat calculant la rentabilité du projet et son processus de construction ;
  • Un plan de financement vérifiant l’équilibre financier du projet ;
  • Un budget de trésorerie permettant de déterminer le solde théorique de trésorerie de l’entreprise au terme de chaque mois ;
  • Et un bilan proposant une image du patrimoine de l’entreprise au terme de la période de prévision.

Comment se décline l’aspect financier ?

À l’heure de détailler la partie financière du business plan, il convient de consacrer une partie à l’étude financière du projet. 

L’objectif est de proposer une analyse comptable à travers différents tableaux : un compte de résultat, un bilan, un tableau de trésorerie et un plan de financement. Cette analyse est généralement définie sur une période de trois ans.

Ci-après, les tableaux financiers prévisionnels d’une micro-entreprise sont présentés :

Tableau financier Utilité Composition
Tableau de trésorerie Vérifier que l’entreprise ne rencontrera aucune difficulté de trésorerie, selon le niveau de l’activité et les délais de paiement. – Encaissements (recettes et subventions) ; 
– Décaissements (investissements, frais généraux, achats de marchandises, charges sociales, TVA…).
Plan de financement – Mettre en avant le besoin de financement que génère le projet ;
– S’assurer de l’équilibre financier (apports/prêts).
– Ressources (apports personnels, emprunts, capacité d’autofinancement) ; 
– Emplois (investissements, variation du BFR, annuités des prêts).
Compte de résultat  Mesurer la création de richesses au cours d’une année civile à 3 niveaux : exploitation, financier, exceptionnel. – Produits facturés (chiffre d’affaires) ;
– Charges facturées (achats, frais généraux, charges sociales et amortissements des investissements).

Comment élaborer un business plan ?

Le plan d’affaires doit être défini par le créateur d’entreprise et son équipe. Il est également envisageable d’être appuyé par des professionnels, si besoin est. 

La construction du plan d’affaires requiert de détailler quelques facteurs dont :

  • Les compétences et les motivations des membres de l’équipe projet ;
  • La présentation du secteur d’activité et du segment de clientèle visé ;
  • La description de l’offre de produits ou de services ;
  • L’explication du positionnement de l’entreprise et de ses avantages concurrentiels ;
  • La présentation de la stratégie prévue, du plan d’action et des moyens nécessaires ;
  • La budgétisation du projet et l’estimation des futurs revenus.

La présentation du projet ouvre donc le bal lors de l’élaboration du business plan. Ensuite, il convient de développer la stratégie et le modèle économique, pour terminer en analysant l’étude financière prévisionnelle.

business plan

Quels types de business plans existe-t-il ?

Le business plan se décline en trois types différents.

Le business plan de création d’entreprise 

Ce type de plan d’affaires se réalise lors de la mise en place d’une nouvelle structure. Dans ce cas de figure, le créateur commence de zéro et se doit d’estimer la dimension financière de son projet (chiffre d’affaires, charges…).

Le business plan de reprise d’entreprise

Dès lors qu’un entrepreneur (ou une société) projette de racheter les titres d’une entreprise existante, il convient de définir un plan d’affaires de reprise d’entreprise. Ce dernier est indispensable à cette étape puisque l’achat de titres est généralement financé à travers un emprunt.

Le business plan de développement d’activité

Lorsqu’une entreprise change la nature de son activité (ajout, suppression, changement), il faut faire appel au plan d’affaires de développement d’activité. Ces projections reprennent les comptes actuels de l’entreprise et prennent en considération les recettes/dépenses engendrées par la nouvelle activité.

Combien coûte un business plan ?

Le coût d’un business plan varie en fonction de la complexité du dossier, mais également de la personne en charge d’élaborer le document. Si le micro-entrepreneur s’occupe lui-même de son business plan, il paiera seulement les frais d’utilisation d’un modèle ou d’un logiciel. 

A contrario, s’il délègue cette tâche à un professionnel (avocat, expert-comptable, consultant…), il devra régler la prestation. 

Le business plan « sous-traité »

Avant tout, le créateur du projet peut confier à une autre personne le soin de définir son plan d’affaires. Parmi les personnes aptes à le réaliser, il y a l’expert-comptable, l’avocat et le consultant spécialisé.

Ainsi, les tâches se délèguent de cette manière : 

  • Les experts-comptables, se chargeront uniquement de la partie financière du business plan, le prévisionnel financier ;
  • Les consultants aideront à la rédaction de la partie économique du business plan (présentation du projet, de l’équipe, du marché, de l’offre…). Ils apporteront leur expertise concernant leur domaine de prédilection.

Le prix d’un business plan oscille généralement entre 300 euros (prévisionnel seul) et 3 000 euros (business plan complet avec présentation et préparation).

À noter : ce tarif prend seulement en compte le business plan, il ne fait pas référence aux frais résultant de l’étude de marché, par exemple. 

Le business plan « fait maison »

Ensuite, il est aussi envisageable d’effectuer soi-même son business plan. En ce sens, les trois options suivantes sont possibles :

Moyen Coût Avantages – Inconvénients
Construire soi-même son business plan de A à Z Gratuit Disposer de compétences  comptables et financières solides
Personnaliser un modèle de business plan modifiable Entre 50 et 100 euros en moyenne Obtenir un business plan sur mesure, adapté au secteur d’activité (présentation et contenu)
Avoir recours à un logiciel de business plan ou une application en ligne De 0 à 30 euros par mois Disposer de données accessibles partout (connexion internet)

Les caractéristiques du business plan 

En somme, le dossier doit permettre à tout lecteur de :

  • Comprendre de quoi il s’agit, à quel besoin répond le produit – ou service – proposé ;
  • Savoir qui est à l’origine du projet et quelles sont ses motivations, objectifs et atouts pour le mener à bien ;
  • Mesurer la valeur et le sérieux de la préparation du micro-entrepreneur ;
  • Avoir une idée explicite du budget du projet.